You are here

لــقــــــاءات صـحـفـيـة 

 

أكدت وزيرة البريد و تكنولوجيات الإعلام و الاتصال ايمان هدى فرعون يوم الثلاثاء أن الهدف الرئيسي من حجب مواقع التواصل الاجتماعي يكمن في وضع المترشحين لشهادة البكالوريا في منأى عن محاولات التشويش.

في حديث خصت به وكالة الأنباء الجزائرية أوضحت السيدة فرعون قائلة " قمنا بالتعاون مع سلطة ضبط البريد و الاتصالات و كافة متعاملي الاتصالات بحجب أهم مواقع التواصل الاجتماعي خلال فترات معينة بهدف وضع مترشحي البكالوريا في منأى عن محاولات التشويش عبر نشر مواضيع زائفة و اشاعات مغرضة مرتبطة بهذه الامتحانات".

و حسب الوزيرة فان هذه الاجراءات سمحت "بافشال محاولات اجرامية كانت تهدف إلى التلاعب بمصير آلاف المترشحين لشهادة لبكالوريا".

 

و بخصوص الضرر الذي سببه هذا الاجراء لمستعملي شبكة الانترنت  أوضحت الوزيرة أن مستقبل المترشحين لشهادة البكالوريا "يلزمنا بالتضحية و التنازل عن بعض من رفاهيتنا الشخصية خدمة للمجتمع كافة".  و استرسلت قائلة "أنا على يقين أنه رغم ردود فعل بعض المواطنين المستائين التي نتفهمها  إلا أن الجزائريين المعروفين بحس الوطنية و المسؤولية و الثائرين ضد الغش و الراغبين في رؤية أطفالهم في منأى عن أي مساومة و الحريصين على  تكافؤ الفرص بين المترشحين  راضين عن هذه الاجراءات و يقبلون برحابة صدر حرمانهم لساعات قليلة من متعة تصفح حسابهم على الفايسبوك و غيره".

 

لكنها حرصت على التأكيد أن الأمر لم يكن يتعلق ب "قطع الانترنت بل بمجرد تقليص في نسبة التدفق خلال النصف الأول من توقيت أول امتحان" و ذلك بغرض "احباط أي محاولات لمجموعات صغيرة تنشط من أجل التشويش على  سير الامتحانات".  و أضافت أن الحجب ليلا لم يشمل سوى شبكات التواصل الاجتماعي مؤكدة أن الحكومة "تتمتع بكل الصلاحية" لاتخاذ "اجراءات تحفظية في حالات استعجالية ما دام ذلك يخدم المصلحة العامة".

 

في ردها على أولائك الذين يزعمون بأن الجزائر سجلت "سابقة" بحجب مواقع التواصل الاجتماعي  أشارت الوزيرة إلى أن الجزائر "لا تمثل بذلك استثناءا إذ سبق لدول أخرى حجب بعض مواقع التواصل الاجتماعي لأسباب متنوعة  لا سيما تلك المتعلقة بالبكالوريا".

 

و أوضحت أنه "لا بد من الاضافة بأن شبكات التواصل الاجتماعي ليست سوى جزء مما نسميه تطبيقاتOTTالتي تستخدم الشبكات التي ينشرها متعاملو الاتصالات لأغراض تجارية و دون مقابل  مما يؤدي إلى اكتظاظ الشريط العريض". و أشارت إلى أن "اشكالية هذه التطبيقات شكلت موضوع جدل بين متعاملي الاتصالات  و المجتمعات المدنية و متعاملي OTTعبر كامل الدول الأوروبية و الأمريكية و بعض الدول الآسيوية"  مضيفة أن الأمر يتعلق بالتشكيك في مبدأ حيادة الانترنت.  و أكدت الوزيرة أن عدة دول "سمحت لمتعاملي اتصالاتها بحجب مؤقتا أو نهائيا الOTTبل و التفاوض معها بشأن شروط التعريفة للابقاء الخدمة".

 

و ردا عن الخبراء الذين زعموا بأن حجب مواقع التواصل الاجتماعي خلال امتحان البكالوريا لم يكن مجديا لكون مستعملي الانترنت تمكنوا من استعمال الشبكات الخاصة الافتراضية VPN  أوضحت الوزيرة أن حجب الشبكات الإفتراضية الخاصة (VPN) من شأنه أن "يلحق أضرارا جسيمة  بالتبادلات غير المحظورة على الشبكة لا سيما البريد الإلكتروني".

 

و حسب الوزيرة فإن "حجب الشبكات الإفتراضية التي تعتبر شبكات خاصة أي مشفرة يتم مقابل تصفية و فرز كل التبادلات المشفرة مما سيلحق أضرارا جسيمة بالتبادلات غير المحظورة على الشبكة لا سيما البريد الإلكتروني و لهذا فضلنا تفادي هذا النمط من الحجب".  و اعترفت السيدة فرعون ان هذ "التلاعب" الذي يهدف إلى تعميم استعمال الشبكات الإفتراضية الخاصة في أوساط الشباب "يتعدى بكثير مجال محاولات الغش العادية".  و أكدت الوزيرة في هذا السياق أنه "سيتم اتخاذ إجراءات صارمة ضد الغشاشين الذين يلجؤون إلى مثل هذه التقنيات إضافة إلى الأطراف التي تقف وراء هذا التلاعب.

 

و تأسفت الوزيرة لكون وسائل الإعلام تحث الشباب على اللجوء إلى مثل هذه التقنيات موضحة أن استعمال البروكسي (proxy) و هو تطبيق معلوماتي وسيط بين طرفين لتسهيل أو مراقبة التبادلات بينهما بغرض تفادي الحجب من شأنه أن "يلحق ضررا كبيرا" بالمعطيات الخاصة المخزنة على الحواسيب أو الهواتف الذكية. و حرصت الوزيرة على تقديم رسالة للمترشحين لشهادة البكالوريا مؤكدة  "لطالما وثقت و سأظل أثق بالشباب الجزائري الذي أبرز على الدوام قدرته على رفع أصعب التحديات".

 

و خلصت إلى القول "يجدر بنا جميعا كسلطات عمومية و مجتمع مدني و عائلات و أولياء التلاميذ و وسائل اعلام العمل سوية حتى يتسنى لأبنائنا العمل في هدوء مع تشجيعهم على مضاعفة الجهود لينتقلوا إلى الجامعة عن جدارة و استحقاق كونهم مصدر فخر و أمل و مستقبل الأمة و الضامن لديمومتها".

 

IMAN HOUDA FERAOUN, MINISTRE DE LA PTIC, À L'EXPRESSION

 

"Osons le saut technologique!"

 

A tout seigneur, tout honneur.» La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Iman Houda Feraoun a été choyée hier, dans les colonnes du journal français, L'Est républicain. Ce quotidien régional qui lui a réservé un article élogieux en tire une fierté du fait que l'actuelle ministre a été une ancienne doctorante de l'université de technologies de Belfort-Montbéliard. «La plus jeune ministre de l'histoire algérienne. Une tête bien faite, une femme énergique derrière une façade glamour. Un symbole national à elle seule», écrit le journal. Mais passons à L'Expression. Dans cet entretien, la plus jeune ministre du gouvernement parle sans fard. En ligne droite avec un sens aigu de la rationalité. C'est le propre des esprits scientifiques, auquel elle cède souvent oubliant la phraséologie creuse des politiques. Elle identifie le problème, le cerne puis va au-delà et toujours vers l'avant. Iman Houda Feraoun n'aime pas le mouvement circulaire.

 

L'Expression: Le e-gouvernement, la e-éducation... des projets annoncés mais qui s'éternisent. Où se situe exactement le problème ?

Iman Houda Feraoun: Il s'agit de deux problématiques séparées. Elles sont très connexes, mais ne veulent pas dire forcément la même chose. En fait, elles devraient être une seconde étape après la généralisation des usages de l'Internet. Elles ont été annoncées au moment où 20% de la population étaient connectés. Cela il y a quelques années. Rappelez-vous au début des années 2000, le pourcentage des personnes connectées était faible, pour les entreprises c'était plus faible, pratiquement aucune n'utilisait les TIC. On en parlait, mais c'était une vision, une stratégie, celle du programme du président de la République, qui consistait à aller vers le e-gouvernement. Ce n'est pas une annonce d'application imminente, c'était une annonce de vision qui devait passer par des étapes. L'échéancier n'étant qu'en première étape, il fallait généraliser le réseau de connexion à travers le territoire national. Aujourd'hui enfin, on y est. On a un taux de pénétration important. Grâce au réseau de télécommunications mobiles, notamment la 3G qui a atteint un niveau de satisfaction qui permettrait de penser au e-commerce de façon cohérente. On ne peut pas lancer le e-commerce sans clients potentiels. Aucun investisseur ne viendra vendre en ligne si ses clients sont très rares. Ce n'est que maintenant que nous sommes dans une situation suffisamment maturée. Reste le cadre réglementaire pour le e-commerce, il est en phase d'élaboration. S'agissant de la e-éducation, elle consiste à numériser le contenu éducatif qui ne passe forcément pas par Internet, mais serait meilleure avec Internet. Il faut savoir que le secteur avait un certain nombre de priorités plus urgentes avant le passage à l'éducation numérique. Aujourd'hui, l'arrêté portant plan d'action du Fonds d'appropriation des usages et développement des TIC (Faudtic) porte des projets financés à un très haut niveau sur le commerce électronique, l'éducation électronique, certains sur la santé et des programmes connexes au e- gouvernement qui a largement avancé par la e-administration.
 

Pouvez-vous être plus explicite à propos de ce fonds ?

C'est un fonds créé par l'Etat, il y a un certain nombre d'années pour développer les usages des TIC quel que soit le domaine. Il n'a été mis en oeuvre que pour quelques projets dont la télé médecine. Suite à l'instruction du Premier ministre, il a été inscrit spécialement pour les projets sectoriels en concertation avec tous les départements ministériels. Nous avons mis en exergue un ensemble de 28 projets dédiés aux usages des TIC, pratiquement dans tous les départements ministériels pour leur modernisation et numérisation. L'arrêté est signé, on a déjà commencé la mise en oeuvre. On a une à deux années pour finaliser l'ensemble de ce programme. Les sommes varient de 5 à 6 millions de dinars pour les plus petits projets jusqu'à 2 milliards de dinars pour les plus grands.

 

L'arrivée du payement électronique est très attendue par les citoyens. Or, là aussi, il y a comme une réticence.

 

Il a pris un certain nombre d'années de retard. Là aussi, il faut d'abord s'assurer qu'il y ait un réseau et ensuite il faut un cadrage juridique. Mais il a déjà plusieurs entités qui proposent et payent on line, à commencer par Algérie Télécom. Il reste timide, mais les citoyens ne sont pas friands pour la simple raison que c'est un autre type de payement qu'on souhaite, au-delà des factures. Mais encore faut-il qu'il soit absolument encadré par la loi sur le commerce. Aussi, permettez-moi d'aborder le payement mobile qui remplace le payement électronique, c'est la tendance mondiale. Le payement mobile ne demande pas d'investissements colossaux, c'est juste une phase technologique plus développée. Au lieu de s'éterniser dans le payement électronique, il serait temps pour l'Algérie d'apprendre à faire un saut technologique. Sur le plan juridique, il n'y a pas une grande différence, techniquement nos opérateurs sont prêts. Le secteur commercial est demandeur. Il reste une jonction, l'industrie des TIC.

 

Peut-on aujourd'hui parler en Algérie d'industrie des TIC? Comment concevez-vous ce grand chantier ?
Cette industrie comporte deux volets. Une industrie hard... fabrication des smartphones, des ordinateurs, des équipements de réseaux, etc... Il y a déjà un embryon à Bordj Bou Arréridj, Sétif, à Sidi Bel Abbès, à Tlemcen, mais on est amenés à faire plus d'intégration dans des partenariats avec des entreprises étrangères pour s'approprier la technologie.

 

Il y a l'industrie soft, celle des contenus. En ce qui concerne le développement des services on-line, des études prévoient un marché de centaines de milliards de dollars pour l'Internet des objets dans les trois années à venir. On doit avoir notre part de ce marché. Une industrie réalisable avec de petites innovations qui ne demandent que l'idée, une industrie qui peut être financée dans le cadre de la PME-PMI. On y arrive en même temps que notre réseau de connexion qui est propice. Le marché existe avec des millions d'Algériens connectés et au niveau de la technologie, cela permet à de petites PME de se développer.

 

Mais comment y arriver quand on sait que votre secteur est très mal nanti. Son budget de fonctionnement n'est que de trois milliards de dinars ?
Je vais vous contredire complètement. Il s'agit là d'un budget de fonctionnement d'une administration: le ministère et des entités déconcentrées. Ce n'est pas le budget de fonctionnement ni des usages des technologies pour lequel il y a le Faudtic ni de la généralisation d'Internet sur les zones rurales et éloignées. Pour ça, il y a le fonds universel ni pour le développement du réseau pour lequel il y a Algérie Télécom ni pour le mobile, il y a les opérateurs mobiles. En somme, c'est un secteur autofinancé car hautement générateur de bénéfices. Vous savez que le chiffre d'affaires des TIC de par le monde est le premier, il génère plus d'argent que le transport, que l'industrie lourde. On prévoit qu'à l'horizon 2025-2030, ce secteur totalisera un chiffre d'affaires double de tous les autres. J'ajoute que le fonds universel et le Faudtic sont financés très largement par les revenus du secteur qui puise très peu dans le Trésor public.

Des incubateurs ont été initiés par votre département. Sauf que ces entreprises se plaignent d'un manque de cadre juridique. Comment pensez-vous remédier à cette situation ?
C'est une question très à-propos puisqu'on vient juste d'examiner le projet de loi avec le ministère de l'Industrie concernant la PME-PMI et surtout l'encadrement par l'Etat, notamment des petites entreprises innovantes. Avant, ces projets qui sont incubés, dès l'instant où ils vont vers le monde réel ils sont submergés par la bureaucratie, la réalité d'un marché concurrentiel par l'importation. Désormais, il y a un projet de loi qui encadre les PME-PMI et qui sera présenté prochainement au Parlement. Ce projet de loi prévoit un chapitre sur la petite entreprise innovante avec une mention particulière pour les entreprises innovantes en TIC, afin de l'accompagner au cours de son développement dans le monde économique.
 

Qu'en est-il de cette brouille de la tarification?

Tous les opérateurs ont rendu publics des communiqués soulignant qu'il n'y a pas eu d'augmentation de tarification...
Effectivement, au plan juridique, on pourrait croire qu'ils ont raison. Le coût de la minute et de la seconde sont restés les mêmes. Ce qui a changé par contre est le palier de tarification. Avant, quand vous parliez moins de 30 secondes on vous facturait 30 secondes et après c'est à la seconde. Aujourd'hui, quand vous parlez moins d'une minute on vous facture la minute entière. C'est dire en d'autres termes, que votre appel dure moins de 30 secondes ou plus de 30 secondes, il est toujours comptabilisé comme une minute. C'est ce qu'on appelle un changement de palier tarifaire. Après consultation avec le régulateur, il nous a appris que ce sont des pratiques commerciales libres. Toutefois, je leur reproche deux choses: la première est qu'ils auraient dû mener des campagnes d'information auprès de leurs usagers et leur dire clairement qu'ils comptent changer le palier tarifaire et surtout leur expliquer ce que cela implique pour eux, surtout que nos appels durent généralement moins d'une minute... Il faut donc voir s'il est pertinent pour les Algériens de comptabiliser leur appel à partir d'une minute ou à partir de 30 secondes. Deuxièmement, je crois que la pratique dans le monde c'est d'aller vers la tarification à la seconde. C'est quand même dommage de reculer. Alors que de par le monde on va vers la tarification à la seconde, dès la première seconde, nous on enregistre un recul. Encore une fois je souligne que cela reste dans le domaine du commercial, mais l'opérateur devra faire l'effort de se moderniser. Leur première source de revenus est le consommateur et non le corporate, ils auraient dû réfléchir un peu plus. Les pratiques les plus transparentes sont d'informer le consommateur avant de lui offrir un service différent. Ceci dit, nous avons appelé le régulateur à diligenter une enquête en regardant de plus près les contrats des usagers, s'il n'y a pas d'alinéa qui exigerait des réparations, c'est du rôle du régulateur et l'enquête est en cours, on attend les résultats.

Une anarchie règne au niveau des bureaux de poste. Vous avez fait un constat et préconisé des mesures.

 

Où en sont les choses ?

 

Il y a des problèmes au niveau de la poste, une certaine forme d'anarchie, due probablement à une mauvaise organisation au niveau des services. Les problèmes récurrents du manque de liquidités, du manque de bureaux de poste dans certaines localités, des réseaux en panne. C'est le constat initial, mais entre-temps il y a eu des mesures d'urgence et une vision à long terme. Les mesures d'urgence, je vous cite par exemple le réseau qui tombe souvent en panne ne l'est plus. On a mis en plus, près de 68 nouveaux bureaux de poste, plus d'une centaine modernisés, une centaine d'autres en train de l'être, d'autres sont prévus, on a réglé le problème de liquidités. Mais ce problème est un peu compliqué. Il n'est pas seulement dû à une anarchie. Il fallait optimiser la distribution des fonds, une meilleure coordination avec la Banque d'Algérie et je pense que cela a donné des fruits probants sur le terrain. Vous avez remarqué que la dernière rentrée sociale, le Ramadhan, l'Aïd, on n'a pas eu de gros problèmes. Sur 3600 bureaux de poste, quand il y en a 10 ou 15 en difficultés, il faut quand même relativiser les choses, voyons le bon côté de la médaille. On a enregistré une nette amélioration dans la distribution des cartes de payement postales de même qu'il y a une amélioration des distributeurs de billets. Certes, il y a des problèmes, mais qui dépendront de la vision à long terme notamment. Vous savez, les salaires des Algériens augmentent, mais malheureusement le dinar se dévalorise et les gens retirent davantage leur argent. Ajouté à cela le fait qu'il y a de plus en plus de travailleurs en Algérie. Donc, le nombre de personnes qui retirent leur argent augmente (18 à 20 millions de clients). On ne pourra jamais régler ce problème de liquidités si les gens ne font pas du payement mobile. C'est la seule solution pour régler définitivement le problème.

 

L'Algérie est-elle suffisamment protégée contre une cyberattaque ?

 

 

Nul n'est à l'abri d'une cyberattaque. Les plus grandes firmes de par le monde, les gouvernements des pays les plus développés, ne cessent pas de parler de ce problème. Ce n'est pas pour autant qu'on ne va pas nous prémunir en Algérie. Un premier effort a été fait et qui consiste en la création d'un organe de lutte contre la cybercriminalité et pour la sécurisation. Car il faut savoir qu'une cyberattaque est un crime. Nous sommes en train de réfléchir dan le cadre de la nouvelle réglementation, de penser à créer le Cert (Computer Emergency Response Team) une sorte de veille sur les nouveautés, les nouveaux virus, les nouvelles menaces. Mettre en place des mécanismes de réaction rapide, des procédures de riposte, c'est un peu comme un plan Orsec. Lorsque le système de la poste, ou d'une banque, un site gouvernemental, le site du baccalauréat, est attaqué, le Cert enclenche des mesures d'urgence dans la minute qui suit l'attaque.

 

أصغر وزيرة في حكومة سلال لـ "المساء":

الدفع الإلكتروني يعمم بعد سنتين على أكثر تقدير

كشفت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال السيدة هدى إيمان فرعون في حوار حصري لـ"المساء" أن الحظيرة المعلوماتية لتكنولوجيات الإعلام والاتصال أخلت بمهمتها، وهو ما جعل ابتكارات الشباب غير معروفة لدى الصناعيين. وتعهدت الوزيرة بضمان تغطية كل مناطق الجنوب بخدمات الهاتف والانترنت، وذلك ابتداء من نهاية السداسي الثاني، تاريخ تسليم مؤسسة الاتصالات الفضائية الجزائرية دراسة نجاعة تسمح لها بحماية هامش ربحها وضمان خدمات بأسعار تنافسية

 

 ماهي اقتراحات وزارة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال للحد من إشكالية نقص السيولة المالية عبر مكاتب البريد؟

 إشكالية السيولة المالية يمكن حلها بطريقتين، الأولى لها علاقة بالعمل الميداني عبر اقتراح صيغ تقنية، وهذا الحل سيكون تدريجيا، أما الحل الثاني فهو الأنجع والنهائي لإشكالية السيولة المالية

فيما يخص الحل الأول، يمكن الإشارة إلى أن مراكز البريد غير مؤمنة بسبب نقص عدد أعوان الحماية، بالإضافة على عدم توفر مؤسسة بريد الجزائر على سيارات مصفحة لنقل الأموال، في حين أن حجم سيولة المالية يتم احتسابه على أساس إحصائيات قديمة، غير أن أجور العمال ارتفعت وعدد السكان كذلك، وبطبيعة الحال فإن حجم السيولة في المكاتب أصبح لا يتماشي والطلبات.

تقنيا يمكننا التدخل لحل الإشكال عن طريق إعادة إحصاء الزبائن وتقييم حجم نقص السيولة المالية، وقد تم الاتفاق مع وزارة المالية لرفع عدد التحويلات المالية إلى ثلاث مرات في الأسبوع، غير أن هذه الحلول آنية وليست جذرية.

وقصد وضع حد نهائي لهذه الإشكالية، يجب التحضير للعبور إلى الدفع الإلكتروني، وهو ما سيأخذ وقتا كبيرا، لكننا قررنا الشروع في تعميم خدمات الدفع الإلكتروني عبر تسديد فواتير الكهرباء والماء والانترنت، مع تحديث النظام الإلكتروني لبريد الجزائر، في انتظار التصديق على الهيئة التي ستشرف على خدمة التصديق الإلكتروني الذي سيكون فعالا مع مطلع سنة 2017.

وسيتم عرض قانون التجارة الالكترونية على الحكومة والبرلمان للمصادقة عليه قبل نهاية هذه السنة، وخلال هذه الفترة يكون بريد الجزائر قد اكتسب خبرة في مجال دفع الفواتير الكترونيا، وعصرنة نظامه المعلوماتي ليتجانس مع باقي الأنظمة المصرفية الخاصة بالبنوك، وهو ما يسمح باستخدام البطاقات المغناطيسية عبر كل الموزعات الآلية، وأتوقع أنه بعد سنتين على أكثر تقدير يمكننا ولوج عالم الدفع الألكرتوني.

 

البريد المركزي تم غلقه ليتحول إلى متحف، وهو ما خلق ضغطا كبيرا على الملحقة التي تتكفل بطلبات المواطنين، ما هي الحلول المقترحة ومتى يتم فتح المتحف؟.

للأسف سجلت شكاوى كثيرة بالنسبة لغلق البريد المركزي رغم أنه تم الإعلان عن غلقه منذ أكثر من سنة، وتم اتخاذ كل الإجراءات للتكفل بطلبات المواطنين، ما يجب إبرازه في هذه القضية هو أن المبني سيكون قيمة مضافة للتراث الوطني لأنه مصنف كمعلم تاريخي ولا يمكن تركه في الوضعية المتدهورة اليوم لأنه يشكل خطرا حقيقا على سلامة المواطنين والعمال.

مكتب الدراسات المكلف بإعداد دراسة شاملة لعمليات الترميم أعطي رزنامة وطلبنا منه تقليص فترة الأشغال، بالمقابل طلبنا المساعدة من وزارة الثقافة لضمان الجانب الفني في الترميم.

 

تم مؤخرا تحويل مصلحة معالجة الطرود البريدية إلى مؤسسة البريد السريع، وتم فتح تحقيق حول سير عمل المصلحة بعد التجاوزات والإهمال الذي كانت تعاني منه، ما هي نتائج التحقيق؟.

 مركز الطرود البريدية لا يزال متواجدا بالميناء وتم تحويل تسييره إلى البريد السريع لأن لديه خبرة وتقنيات لتسريع عملية توزيع البريد، التحقيق في المصلحة له شقين الأول إداري وقد كشفت نتائجه وجود اختلالات وتقاعس من المسؤولين، أما الشق الثاني فيخص مصالح الأمن، ولغاية اليوم لم نستلم التقرير النهائي.

وما أريد التركيز عليه هو أنني أردت من خلال توقيف مسؤول المركز وتحويله على التحقيق بعث رسالة لكل العمال المتقاعسين لأخذ العبرة، لان من يتضرر أكثر من التسيب هو المواطن، وأنا كوزيرة قطاع لا اقبل بهذا التسيب

 

 تم التطرق مؤخرا إلى عقد اتفاقية ما بين مؤسسة بريد الجزائر وسيارات الأجرة لتنظيم عملية توزيع البريد، ماذا تم تنفيذه لغاية اللحظة؟.

لاحظنا في الميدان أن المواطن يلجأ إلى سيارات الأجرة لإرسال طرد أو رسالة مستعجلة، المشكل أن توزيع البريد بهذه الطريقة غير مؤمن، وغير قانوني كان من الممكن مطالبة مصالح الأمن بتشديد الرقابة واتخاذ إجراءات عقابية، غير أن هذا الإجراء لن يكون ناجعا على أرض الميدان، فمن الأفضل تقنين التجربة، لذلك استغلينا فرصة التحضير لمرسوم تنفيذي على مستوى وزارة النقل لتنظيم نشاط سائقي الأجرة، واقترحنا إضافة مادة تسمح للسائقين بتقديم خدمات المناولة مع بريد الجزائر

من جهتها، تحضر مؤسسة بريد الجزائر اتفاقية تعاون لحفظ حقوق سائقي الأجرة والمواطن، من خلال تحديد سعر عملية توزيع الرسائل عبر سيارات الأجرة بما يحمي هامش ربح السائق ويتماشي ومداخيل المواطن.

غير أن الإشكال الذي لا يزال مطروحا يخص تحديد من يتحمل مسؤولية الطرد، صاحبه أو مؤسسة بريد الجزائر أو سائق السيارة، وعليه فإن 50 بالمائة من الاتفاقية جاهزة، ويتم حاليا التباحث مع مصالح الأمن لإتمام الجزء الخاص بتأمين نقل الرسائل والطرود قبل التفاوض مع نقابة سائقي الأجرة.

 

نسبة التغطية بشبكة الهاتف الثابت تعرف تأخرا كبيرا في بعض المناطق، ما هي الحلول المقترحة، وهل الخدمة العامة ستكون الحل لتغطية نقاط الظل ؟.

 نسبة النفاذ لشبكة الانترنت والهاتف الثابت تعرف العديد من النقائص لأن مساحة الوطن شاسعة، الخدمة العامة ستخص مناطق غير مفروض قانونيا على أي متعامل لتغطيتها، على غرار القرى والمداشر التي لا يزيد عدد سكانها عن 10 أسر. في سنة 2000 قررنا استحداث صندوق للخدمة العامة ممول من إتاوات المتعاملين في القطاع يكون مسيرا من طرف سلطة الضبط لتمويل مشاريع المتعاملين في هذه المناطق، غير أن هذا الصندوق استعمل لتغطية الخدمات البريدية في المناطق النائية فقط، لذلك وضعنا دفتر شروط وأعددنا دراسة استغرقت شهرين لتحديد أكثر من 1100 منطقة بها 1,3 مليون نسمة.

وسيطلب من المتعاملين توفير التغطية خلال أربعة أشهر قبل أن يقوم المفتشون بتحديد قيمة التعويض عن الأموال المستثمرة بهذه المناطق مع دفع قيمة فواتير الكهرباء

 

 الزبائن يشتكون من بطء خدمات الانترنت وعدم استفادتهم من نسبة التدفق المدفوعة، هل من حلول، وكيف سيتم تدارك الأمر في حالة وقوع عطب في الكوابل البحرية الخاصة بالشريط المار للانترنت؟.

 أعترف هنا بوجود خطأ تقني كبير لدى المصالح التجارية لاتصالات الجزائر، عند الإعلان عن عرض ترويجي بـ2 ميغا، كل المواطنين يطلبون التحول إلى نسبة التدفق الجديد ويتم تحرير عقد مع الوكيل التجاري الذي لا يتصل بالمصلحة التقنية للتأكد من إمكانية استفادة الزبون من هذه النسبة بالنظر إلى وضعية الشبكة، فالكوابل النحاسية لا يمكنها توصيل نسبة تدفق تزيد عن 1 ميغا.

اليوم اتصالات الجزائر تعتمد خطة عمل جديدة ونتوقع مع نهاية السنة تحويل كل شبكات الهاتف الثابت للألياف البصرية المدعمة بتكنولوجيات "امسان"، وهو ما سيحل الإشكال نهائيا.

 

 أطلقت اتصالات الجزائر السنة الفارطة خدمات الجيل الرابع للهاتف الثابت، غير أنها عجزت عن تلبية كل الطلبات بسبب نفاد تجهيزات "مودام"، بالمقابل يتم تسويق هذه التجهيزات بالأسواق الموازية، ما هي الحلول المقترحة؟

 أولا من ناحية عدم قدرة اتصالات الجزائر على تلبية الطلبات، يجب أن نعلم أن المجمع عندما قرر تسويق المنتوج قام باحتساب المناطق النائية التي لا يمكن تغطيتها بالألياف البصرية، غير أنه عند الإشهار على الجيل الرابع سجل إقبال كبير للمواطنين حتى أولئك المستفيدين من خدمة الانترنت "أي دي أس أل"، اتصالات الجزائر "لأسباب غير موضوعية" قاموا بتلبية كل الرغبات، وهو ما أعتبره خطأ كبيرا.

طلبت ترشيد استعمال تكنولوجيات الجيل الرابع، ويجب إبلاغ المواطن أنه عندما يمكنه الاستفادة من خدمة الهاتف الثابت عبر الكوابل لا يمكنه الاستفادة من خدمة الانترنت بدون كوابل، وشخصيا جربت الانترنت عبر الجيل الرابع والانترنت عبر "امسان" ووجدت هذه الأخيرة أحسن بكثير من الجيل الرابع.

 تدريجيا سيتم استرجاع كل التجهيزات المسوقة بالمناطق الحضرية لإعادة بسطها بالمناطق النائية وعبر كل الأحياء الجديدة التي لم تتم تغطيتها بشبكات "امسان"، بشرط أن يكون الحل مؤقتا لغاية بسط الألياف ليتم استعادة التجهيزات لتوزيعها على مواطنين آخرين.

أما فيما يخص تجهيزات "مودام" المسوقة في السوق الموازية، ألفت انتباه المواطن إلى أن بيعها سيشكل خطرا كبيرا عليه، من منطلق أن رقم تسلسل الجهاز مسجل باسم الزبون الأول، وفي حالة وقوعه في يد إنسان لاستغلاله في أغراض مشبوهة سيتم محاسبة الزبون الذي سجل الجهاز باسمه، يجب أن نكون حذرين في هذا الجانب

وقصد تفادي وقوع عطب بشبكة الانترنت يبقى الحل الجذري يخص ضمان توطين المواقع هنا بالجزائر، فعند استعمال موزع بريد إلكتروني محلي يبقي المواطن على اتصال بشبكة الانترنت حتى ولو انقطعت كل الكوابل، غير أن عدم توفر بنك للمعلومات يدفع بالمؤسسات والمواطنين للبحث عن مواقع أجنبية.

 

 هناك شاب جزائري اقترح شبكة للتواصل الاجتماعي جزائرية غير أن مشروعه لم ير النور؟

 المشروع لم ير النور لأنه لغاية اللحظة ليس هناك ميكانزمات للتكفل بهؤلاء الشباب، هناك الحظيرة الوطنية لتطوير التكنولوجيات التي من مهمتها مرافقة مثل هذه المشاريع لكنها لا تملك خطة عمل واضحة، قمنا بتغيير فريق العمل المسير للحظيرة وطلبنا منه تحسين المناخ لاستقطاب كل المتعاملين الذين لديهم علاقة بالمبدلات الإلكرتونية لتكون شريكا فعالا في الحظيرة وضمان |إنجاز جسور التواصل ما بين الشاب المبتكر والمؤسسة، مثلا إذا أراد أحد البنوك تطوير تطبيق للتواصل مع زبائنه والسماح لهم بالاستعلام عن الرصيد عبر هواتفهم يمكنه اقتناء بأقل تكلفة من شاب جزائري قام بتطوير مشروعه بالحظيرة.

 

 المواطن يشتكي غياب التغطية بشبكات الهاتف النقال عبر محاور الطرق الكبرى، كيف ستتعامل الوزارة مع المتعالمين المخالفين لدفتر الشروط ؟

 في الواقع مراقبة التغطية من مهام سلطة الضبط للبريد والمواصلات السلكية واللاسلكية، من جهتنا قمنا بتنصيب نظام إنذار يقوم بمعالجة شكاوى المواطنين بخصوص غياب خدمات الهاتف النقال، وفي حالة تسجيل شكاوى عديدة في إحدى المناطق يتم إرسال مفتشين من الوزارة للتحقق من الشكاوى على أن يوجه التقرير بعد ذلك لسلطة الضبط للتحقيق ومعاقبة المتعاملين المخالفين، وتم فعلا فرض عقوبات مالية على المخالفين.

 

 لماذا خدمات مؤسسة الاتصالات الجزائر الفضائية غير معروفة ؟

 طلبنا من القائمين على المؤسسة تغيير نظرتهم التجارية لأنهم لا يتعاملون إلا مع الشركات البترولية، نحن نعلم أن هناك فرقا كبيرا بين الاتصال عبر الشبكات الأرضية والساتل، غير أن المؤسسة يمكنها اقتراح محتويات جديدة تتماشي وطلبات المؤسسات الصغيرة وهو ما يسمح لها باستقطاب زبائن جدد.

من جهة أخرى، طلبنا من المؤسسة إعداد دراسة نجاعة لتغطية الجنوب وإيجاد أفضل حل لتلبية رغبات المواطن من دون إلحاق ضرر بأرباحها، وسيتم إرسال الدراسة للوزارة قصد المصادقة عليها عند نهاية السداسي الثاني المقبل

 

أنت أصغر وزيرة في الحكومة، كيف تمكنت من التأقلم مع الحياة السياسية، مع العلم أنك كنت تمارسين نشاط البحث في السابق؟

 تأقلمت مع الحكومة بطريقة سهلة ولم أشعر يوما بصعوبة التواصل مع باقي الوزراء والنواب، مما سبب لي إحراجا في بداية مشواري، هي تلك الأسئلة ونظرة الجمهور لي لكوني أصغر وزيرة.

 أتمنى أن أكون في المستوى وأن أمثل جيدا تشبيب الحكومة، وأن أكون قدوة للشباب الجزائري الذي أقول لهم كل شيء ممكن وليس هناك مستحيل.

 

24 جانفي 2016

 

 

Entretien de Madame Houda-Imane Faraoun, Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication avec « MEDIAS et MOBILES »

 

L’introduction de la 3G a été une véritable révolution pour l’Internet algérien, avec l’arrivée de 8 millions nouveaux abonnés au Web. Qu’en sera-t-il pour la 4G ?

Il est vrai que l’introduction de la 3G en Algérie en décembre 2013 a modifié fondamentalement le comportement des usagers de l’internet en Algérie. Alors que le nombre d’abonnés à l’internet fixe totalisé à ce jour n’a pas encore atteint les trois millions, celui des abonnés à l’internet de troisième génération a dépassé les 8 millions d’abonnés depuis deux années seulement de son lancement. Ce chiffre vient grossir celui des abonnés GSM qui peuvent pratiquement tous accéder au service de la 3G depuis un terminal intelligent.

Il est clair que l’apport du déploiement de la technologie de troisième génération a contribué largement à la démocratisation de l’accès à internet en plus de sa facilitation, s’agissant d’un accès mobile.

Pour l’introduction de la quatrième génération, certains détails techniques, notamment en ce qui concerne l’aménagement des ressources spectrales sont en cours en parallèle avec la finalisation du déploiement de la troisième génération. L’année 2016 verra certainement la mise en œuvre de la procédure de déploiement de la quatrième génération.

 

Des difficultés persistent par contre sur le réseau ADSL ?

Les avancées sont très significatives même. Il faut reconnaitre toute l’étendue du réseau de transport et des réseaux Métro Ethernet qu’Algérie Télécom a réussi à déployer et continu à entretenir et élargir. Il est à reconnaitre également, toutefois, qu’en matière de réseau d’accès, l’entreprise rencontre des difficultés majeures. Elles sont dues à diverses raisons, parmi lesquelles les agressions que subissent les réseaux capillaires, les vols de câbles en cuivre, l’obsolescence des équipements et la nécessité des mises à niveau en continue... Le constat fait sur la situation et les efforts déployés aujourd’hui par Algérie Télécom conduit à la conviction que la participation d’autres entités à l’élaboration du réseau de connexion national (transport, métro, collecte, accès...). L’ouverture au privé est indiquée, non seulement pour renforcer et accélérer le déploiement du réseau, mais également pour apporter une dimension concurrentielle et innovatrice au secteur des télécom en général.

 

A propos d’Internet, certains voient mal le contrôle étatique qui va s’exercer sur leur navigation à travers le Web

En quelques mots, comme vous le demandez, l’Etat ne contrôle pas l’accès au web dans une démarche de répression ou d’ingérence, loin de là. L’Etat s’assure de remplir sa mission première qui est la protection des citoyens, de leur intégrité, et leurs intérêt. S’agissant d’un espace devenu public aujourd’hui, l’Etat se doit d’y être présent.

 

La crise économique menace-t-elle le développement des TIC en Algérie ?

La situation actuelle de baisse des ressources des hydrocarbures amène effectivement l’Algérie à déployer des efforts de rationalisation des dépenses publiques. Toutefois, un secteur aussi stratégique que celui-là ne saurait être perturbé par de telles mesures.

De la lettre postale au satellite, en passant par le téléphone, les TIC, la banque d’Epargne, etc. : un secteur aussi important sur les frêles épaules d’une femme, nouvelle dans ce domaine et de surcroît jeune, c’est un énorme défi pour vous...

La gestion de chaque secteur nécessite des compétences multiples et une expertise dans différents domaines. Un ministre, quelle que soit sa notoriété dans un domaine ou un autre, ne peut exercer valablement que s’il s’appuie sur des avis, des études et des analyses menées par des experts. Il s’agit, à mon avis, pour tout gestionnaire, pas uniquement ministre, de privilégier la consultation, la confrontation des avis et orientations afin de tirer le meilleur profit et piloter au mieux et vers le mieux. Partant de ce fait, je vous réponds simplement que le plus important, à mon avis, et la politique managériale, qui ne saurait être liée à l’ancienneté dans un secteur.

 

Décembre 2015

 

 

 

 

وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال هدى إيمان فرعون في حوار لـ"الشروق" :

عمال البريد عانوا من ظلم الرواتب.. وسأنسحب إذا لم أوفق في تسيير القطاع

 

· 7 أشهر لا تكفي لمعالجة تراكمات عمرها 20 سنة

· لا تراجع عن منحة الإحالة على التقاعد. والتقاعد المسبق مسألة حكومية

· 15 بالمائة ضرائب جديدة على الهواتف المستوردة والحواسيب و5 بالمائة على مادة الأولية

· الحكومة ستفصل في تسريع انتشار الـ 3 جي خلال الاجتماع المقبل

· الجيل الرابع سيكون أغلى ثمنا والمناقصة خلال السداسي الأول من 2016

· أزمة البترول ساعدتنا على الاستفاقة.. وأنا في الأفلان كمواطنة وليس كوزيرة

 

 

أكدت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال هدى إيمان فرعون، في هذا الحوار مع "الشروق" أنه لا تراجع عن منحة الإحالة على التقاعد لعمال القطاع الذي يعد مكسبا، مشيرة إلى أن عمال البريد عانوا من ظلم اجتماعي وسيتم تسوية مشاكلهم قريبا.

وذكرت الوزيرة أنه سيتم إطلاق المناقصة الخاصة بالجيل الرابع للهاتف النقال خلال السداسي الأول من السنة المقبلة، وسيكون ثمنه أغلى، موضحة بأن تسريع وتيرة انتشار الجيل الثالث سيكون من دون المساس بمصالح موبيليس التي تصدرت ترتيب المناقصة، مضيفة بأن انهيار أسعار البترول ساعد البلاد على الاستفاقة وترشيد نفقاتها، وكشفت عن ضرائب جديدة على الهواتف والحواسيب المستوردة تصل إلى 15 بالمائة، وجددت التأكيد على أنها ستنسحب وتتحمل مسؤوليتها إذا لم توفق في تسيير القطاع

 

نبدأ من القضية التي أثارت جدلا في بريد الجزائر وهو الحديث عن إلغاء منحة الإحالة على التقاعد ما حقيقة ذلك؟ 

فعلا مؤسسة بريد الجزائر تعاني من مشاكل كثيرة، وهناك مشاكل تحل إداريا وأخرى تتطلب وقتا وأخرى تم اختلاقها، وقضية منحة الإحالة على التقاعد لم تطرح على مستوى الوزارة وقضية إلغاء التقاعد المسبق من اختصاص وزارة العمل والمشكل يطرح على المستوى الحكومي، ومنحة التقاعد في البريد مكسب للعمال ومتضمن في الاتفاقية الجماعية

 

بالحديث عن النقابة، هذه الأخيرة تم تجميدها لماذا في هذا الظرف بالذات؟

النقابة لم تجمد، لكنها أنهت عهدتها عام 2014 وكانت تحوز على تمديد من طرف الفدرالية، والتمديد كان لزاما توقيفه من أجل تنظيم انتخابات للنقابة، وأعتقد أن انتخابات النقابة ستكون في الأسبوع الأول من ديسمبر وهذا من صلاحيات الاتحاد العام للعمال الجزائريين.

ولذلك أقول أننا ننتظر انتخابات النقابة الجديدة، لنبدأ العمل معها كالتي كانت قبلها والنقابة السابقة عملنا معها، رغم أنها كانت في إطار التمديد وكنا نعتبرها هي الشريك الاجتماعي والتجميد لا يعني أن المؤسسة أيضا تجمد المؤسسة سنواصل العمل معها بشكل عادي.

 

بانتخاب النقابة الجديدة هل ستنصب لجان المشاركة التي هي مطلب العمال منذ 2003؟

بالتأكيد لجان المشاركة أمر مختلف عن النقابة، وهناك عمل على مستوى المديرية العامة لبريد الجزائر من أجل تنصيب هذه اللجان وانتخاب أعضائها ولم ننتظر تجميد النقابة ولا الانتخابات، والأمر يتطلب القليل من الوقت لأن المؤسسة تضم 25 ألف عامل دائم ونحو 2000 من المتعاقدين.

 

وماذا عن اللجنة التي نصبت الأسبوع الماضي؟

هذه اللجنة لا علاقة لها بالنقابة، وحقيقة هذه اللجنة هو أنني تلقيت كما كبيرا من الشكاوي وعبر مختلف الولايات، واطلعت على ملفات عمال البريد الذين عانوا من ظلم اجتماعي وخاصة بالولايات الداخلية والنائية.

 وهناك وضعية تراكمت في المؤسسة وتواصلت لسنوات، وهي أن العمال يشتغلون في مناصب ولا يتقاضون مقابلا لها، وهناك تجاوزات وأخطاء، ومن أجل أن تكون هناك عدالة قررنا البدء بإحصاء شامل لهذه الحالات ودراسة الملفات من الشهادة الأقدمية والمنصب الذي شغله فعلا، لأن العديد أحيلوا على التقاعد بأجر بعيد كل البعد عن المسؤولية التي كان يتحملونها وسندرس الملفات مكتبا بمكتب ليأخذ كل ذي حق حقه.

وشخصيا رأيت أن هذا العمل إداريا والنقابة وحدها لن تستطيع القيام به وحدها، وليس لها صلاحيات الاطلاع على الملفات الإدارية للعمال، ولذلك طلبت من المديرية العامة تنصيب لجنة بها ممثلين عن العمال لتكون النظرة واقعية وواضحة عن الواقع، وستكون اللجنة تحت إشراف مباشر من رئيسة الديوان، وبدأت العمل بأسرع وقت ممكن.

الوضعية الحالية لبريد الجزائر وإمكاناتها المادية لا تسمح لها بالتهاون أكثر من حيث ظروف العمال وظروف الخدمة، والمداخيل المالية متدنية عاما بعد عام، ولذلك لا يجب الانتظار، وهذا العمل يجب أن يتم الانتهاء منه في بضعة أشهر.

 

وماذا عن المادة 42 من الاتفاقية الجماعية بخصوص الترقيات العمودية والأفقية للعمال التي بقيت مجمدة؟

تنظيم العمال متضمن بالتفصيل في الاتفاقية الجماعية منذ سنوات، لكن يتم تطبيقها على أرض الواقع، ولتطبيقها تجب دراسة ملفات العمال، وفي مجلس الإدارة يجب الاتفاق على بعض التفاصيل التقنية غير المتضمنة في الاتفاقية، ولو طبقنا السلم كما هو فالكثير من أجور العمال ستنخفض، ولذلك مجلس الإدارة في لقائه المقبل سيدرس القضية، ولقد أجلنا البت في هذا الملف فقط لأننا ننتظر انتخاب النقابة وفي مجلس الإدارة هناك ممثل للعمال ويجب أن يكون لهم ممثل في مجلس الإدارة.

 

اعترفت بأن أجور عمال بريد الجزائر متدنية مقارنة بنظرائهم في القطاع متى ستكون مراجعة لهذه الأجور؟

الأصل هو أن العامل إذا كان يعمل في منصب ويتقاضى أجر منصب أقل منه فبمجرد مراجعة هذه الأمور وترسيمه في المنصب الحقيقي الذي يشغله، فإن الأجور ستتغير وترتفع، لكن هذا لا يعني أننا سنراجع سلم الأجور كلية وتتحسن بصورة آلية.

لكن وجبت الإشارة إلى أنه لا يجب الكذب على عمال بريد الجزائر، بسبب وضعيتها المالي، فهي مؤسسة اقتصادية، ولكي تزيد الأجور يجب أن تزيد المداخيل، وأول خطوة لتحسين المداخيل يجب أن تحسن ظروف العمال والاستثمار في العمل الرقمي والالكتروني وإنقاص المصاريف اللوجستية ولكن هذا يتطلب القليل من الوقت.

 

متى سيكون البنك البريدي؟

هذا سؤال لا أستطيع الإجابة عنه، لكن اليوم هناك لجنة مشتركة في المديرية العامة والوزارة للعمل على مشروع بنك البريد، وبنك البريد ليس أمرا سهلا، لأن البنك له خصائص، وكما تلاحظون البنوك مجهزة بعوازل والشبابيك محمية، لكن هذا غير متوفر في بريد الجزائر، والموظفون في مواجهة مباشرة مع الزبون في ظروف أمنية صعبة، ولذلك تم توجيه تعليمة لإقامة عوازل في مكاتب البريد الجديدة تحضيرا للبنك البريدي مستقبلا حيث ستكون المصاريف أقل.

وأضيف هنا إنه من غير المعقول القيام بمعاملات بنكية أكثر تعقيدا من معاملات البريد، وليست لنا معايير البنك، ولا أعتقد أن بنك الجزائر يمنح تصريحا لبنك البريد من دون التوفر على أسس المعايير الدولية في هذا المجال، رغم أن البريد له أفضلية وهي أن جميع مكاتبه مربوطة بشبكة وطنية.

 

وهل لهذا علاقة بمشروع قانون البريد؟

فعلا مشروع القانون يجب أن يمهد لبنك البريد، وحاليا القانون يتحدث عن الخدمات البريدية وليس عن الخدمات البنكية.

 

ومتى سيرى قانون البريد النور؟

أتمنى أن يكون مع بداية السنة المقبلة، ولا أتكلم عن الدورة الربيعية ويجب أن يمر عبر الحكومة، وحسب الوتيرة التي نمشي بها أعتقد أنه خلال الشهر الأول أو الثاني من 2016 سيكون النسخة الأولى جاهزة وسنعرضه على الحكومة.

 

بخصوص حادث انقطاع الكابل.. هل من صحة لما يتداول بأن جنسية قبطان السفينة صينية والحادث كان مفتعلا، لأنه تزامن مع محاكمة لشركتيين صينيتين موردين لمعدات الاتصالات؟

الناس تتخيل الكثير من الأشياء.. فقبطان السفينة إذا كان فعلا صينيا فالسفينة بنمية بعد أن قيل بأنها مالطية في البداية، ولا أفهم من أين جاءت هذه الأفكار ولو انقطعت كافة كوابل الجزائر ما دخلها في محاكمة هاتين الشركتين، وهل انقطاع الكابل سيمنح الشركيتين البراءة، من المستحيل تصور أمور كهذه.

لكن أظن أنه حادث عرضي وفيه تهاون، حيث أن السفينة مرت من المنطقة وقامت برمي المرساةوهناك تحقيق وهو لا يزال جاريا، لأن السفينة كان بإمكانها المغادرة لكنها توقفت، وحاليا هم في الميناء في انتظار التحقيق، ولا تهمنا جنسية القبطان والسفينة، والمهم أن السفينة تدفع التعويضات وتتحمل المسؤولية.

 

الجزائريون لا يزالون يشتكون من غلاء أسعار الأنترنت.. متى ستكون المراجعة؟

أعتقد أن النقاش حول أسعار الانترنت يكون بجدية أكثر، واليوم الأنترنت تتطلب استثمارات ضخمة ومسارا معقدا وطويلا، وهو مسار يتطلب أموالا، والمتعامل التاريخي هو صاحب أكبر استثمارات في هذا المجال، وأصلا اتصالات الجزائر تبيع الأنترنت بنوع من الخسارة.

والحقيقة التي وجب قولها هي إن المستفيد من الأموال عبر الأنترنت هم العمالقة العالميون مثل غوغل وفايسبوك ويوتيوب وغيرها، وهذه المواقع يطلق عليها تسمية "فطر الانترنتوالجدل العالمي حاليا يدور حول هذه المواقع، رغم أنهم قدموا الإضافة للتواصل بين الناس.

وواقع اتصالات الجزائر يقول إن شركة فايسبوك مثلا لها 200 عامل يعملون من مكاتبهم بمنازلهم، واستثماراتها على أرض الواقع صفر، ورقم أعمالها بمئات الملايير من الدولارات، بينما اتصالات الجزائر تحفر وتبني الشبكة والكوابل وتدفع للتقنيين، وعمليات إصلاح العطب وغيرها، وهذه الشركات تأتي لتربح الملايير، وبالمقابل ما هي المداخيل التي ستربحها اتصالات الجزائر، والمشكل مطروح حتى على مستوى الاتحاد الدولي للاتصالات، وصار الأمر كمن ينصب شبكة لتوزيع الماء على حسابه ويأتي آخر ليبيعك الماء عبر هذه الشبكة.

وأعتقد أن اتصالات الجزائر ستنهي نسبة كبيرة من الشبكة في أواخر 2017 وتبقى أمور الصيانة فقط، وستكون هناك مراجعة لأسعار الأنترنت.

 

والحل؟

الحل في تطوير المحتوى المحلي الجزائر، ولذلك تكلمت عن فتح القطاع للخواص المحليين، حيث يمكن أن يوفر لنا حلولا وأرضيات جزائرية.

 

الجيل الرابع كان بمثابة صدمة وإحباط لأنه لم يمس المناطق الريفية المعزولة؟

اتصالات الجزائر كان عليها طلب وضغط كبيران عند إطلاق هذه التكنولوجيا، وتجاريا كان التوجه نحو التجمعات الكبيرة، الخطأ ارتكب، وحاليا بعد إدراج الـأم صانللمناطق الحضرية سيكون التوجه نحو توفيرها في المناطق النائية والمعزولة.

 

الوزيرة السابقة تحدثت عن إدراج متعامل منافس لاتصالات الجزائر لتحسين الخدمة؟

الشبكة تبقى ملكا للمتعامل التاريخي، وهي رمز للسيادة، لكن كراء هذه الشبكة غير ممنوع في القانون، وهناك بعض الخواص من موردي الأنترنت، وهناك متعاملون افتراضوين يقدمون الخدمة عبر كراء الشبكة، والقانون الجزائري لا يتحدث على هذه القضية، ولذلك نتمنى أن تدرج في قانون البريد بنود عن المتعامل الافتراضي بما يخدم مصلحة المواطن والمتعامل التاريخي كذلك.

 

هل من جديد في المرسوم الخاص بتسريع أجندة نشر خدمة الجيل الثالث؟

المرسوم سيعرض في الاجتماع المقبل للحكومة، والجزائريون بدوا متهافتين على هذه التقنية والولايات غير المتوفر عليها تشتكي من ذلك، وحتى المتعاملون يلحون على نشر الخدمة في الولايات المتبقية.. وأعتقد أن هناك خطأ في التقدير في البداية بشأن دفتر الشروط في هذا النشر المرحلي للخدمة، وذلك نتيجة تخوفات من عدم إقبال الجزائريين عليها وغيرها من الأسباب، ولكن الخطأ سيصلح، وقد طلبنا من سلطة الضبط ذلك وسيتم تسريع الوتيرة.

 

لكن هل سيقبل المتعاملون بذلك؟

تسريع الوتيرة يجب أن يتم وفق المحافظة على مصالح كل متعامل، لأن الفوز بالرخصة كان وفق ترتيب موبيليس أوريدو ثم جازي، وأجندة تسريع الانتشار ستبقى كذلك بشكل لا يضر بالمتعامل موبيليس الذي تصدّر الترتيب ثم أوريدو ثم جازي وفقط.. الفترة ستتقلص، أما موبيليس فستعوضها سلطة الضبط لاحقا بطريقة أو بأخرى.

وتسريع الأجندة سيجعل من الانتشار يتم بصورة نهائية لفي جميع الولايات وجميع المتعاملين في غضون 2017 وأؤكد دون المساس بمصالح موبيليس رغم أنها متعامل عمومي.

 

وإلى أين وصل مشروع الجيل الرابع للهاتف النقال "4 جي"؟

في هذا الملف يجب أن نولي عناية لمصلحة الجزائري، والمصلحة تقول يجب أن نوفر الانترنت بتدفق عال للجزائريين في كل مكان وبسعر مقبول، ولو نفرض الجيل الرابع بوتيرة سريعة ونفرض دفتر شروط ونعلن عن المناقصة، لا يجب أن ننسى أن المتعاملين لهم سياسة اقتصادية تجارية، وسيكون هناك إنقاص للاستثمارات في الجيل الثالث، والأموال التي كانت موجهة للاستثمار توجه للجيل الرابع، لأن سعره سيكون أكثر غلاء.

ونحن نسعى لأن يكون الاستثمار كبيرا في الجيل الثالث، لأنه في النهاية الفرق بين الجيلين يكمن في سرعة التدفق، وفي دفتر الشروط الخاص بالجيل الرابع سنوجه المتعاملين لأن يكون متاحا خصوصا للشرائح التي تحتاج التدفق الجد عالي، ولذلك لن نفرض عليهم مثلا تغطية الطريق السيار بالجيل الرابع لأن الجيل الثالث يكفيها.

حاليا المتعاملون ينتظرون مرسوم تسريع الانتشار الخاص بالـ جي من أجل إعداد مخطط العمل الخاص بهم، وحينها سيتم الاتفاق على المناقصة وسنعلن عن المواعيد، وعموما المناقصة الخاصة بالجيل الرابع ستكون في السداسي الأول من 2016.

 

هل تأثر القطاع بالتقشف؟

أولا الوضعية الخاصة بترشيد النفقات لا يمكنها أن تمس القطاع، لأنه جد استراتيجي ولا يمكن التراجع فيه، وثانيا لأسباب عديدة منها، البيروقراطية فأموال كبيرة مرصودة ومشاريع رصدت ولكن بقيت مجمدة، وأعتقد أنه حتى لو وصلت أسعار البترول 300 دولار فواجب علينا ترشيد النفقات، وربما انهيار أسعار البترول جعلنا نستفيق ويفرض علينا ترشيد النفقات، فمثلا الكابل البحري للأنترنت وهران - فالنسيا "أورفال"  ميزانيته مرصودة منذ 2007، ولا يمكن أن نتركها ونتوجه لطلب أموال أخرى ربما كانت موجهة لقطاع الصحة، وعلينا أن نسير بمنطق "السوق".

 

الحكومة تتجه لإعادة فرض ضرائب جديدة على الهواتف المستوردة والحواسيب، وهل ستمس المادة الأولية للمصنعين المحليين؟

الضرائب الخاصة بالهواتف الجاهزة والحواسيب المستوردة ستصل إلى نحو 15 بالمائة، أما ما تعلق بالمادة الأولية المستوردة للصنع المحلي فستكون بالمائة، وأريد الإشارة هنا إلى أن المادة الأولية المستوردة للتركيب وليس الصناعة، فالضريبة التي ستفرض ستكون في حدود 15 بالمائة، لأننا لسنا في حاجة للتركيب، نحن في حاجة للتصنيع ويجب أن تكون نسبة الإدماج على الأقل 10 بالمائة، وعلى الأقل جزء من المنتوج يصنع في الجزائر، وكلما تكون نسبة الإدماج كبيرة كلما كانت الضريبة في صالح المنتج.

 

قلت عند توليكم المنصب إنك ستغادرين إذا لم توفقي في التسيير، ما هو تقييمكم لأدائكم بعد أشهر من العمل؟

أتمنى أن يحكم المواطنون على أدائي، وفي هذه المدة اكتسبت خبرة وعرفت مكامن الخلل وتشخيص الداء في القطاع، وعند مجيئي تعهدت بأن أضع كل طاقتي في العمل، ولا أعتقد أن أو أشهر تكفي لتغيير وضعية هي في الأصل متراكمة منذ 20  سنة، ولكن ما زلت متمسكة بكلمتي، وهي أنني عندما أصبح غير قادرة على تحمل مسؤوليتي في القطاع سأنسحب وبدون أي مشكل.

 

الكثير تساءل لماذا الوزيرة فرعون في اللجنة المركزية للأفلان؟

ليست الوزيرة هدى إيمان فرعون هي نفسها التي في اللجنة المركزية للأفلان وأنا في الأفلان كمواطنة وليس كوزيرة، وأنا لا أخلط أبدا بين وظيفتي كوزيرة ومكاني في حزب جبهة التحرير الوطني.

 

 

26 نوفمبر 2015

 

 Mme Faraoun à Algérie patriotique :  «Je suis la ministre de tout le secteur et non pas d’Algérie Télécom»

Algerie patriotique : Mme la Ministre, après bientôt six mois à la tête du MPTIC, quel constat faites-vous du secteur ?

Mme Imane-Houda Faraoun : C’est une question que l’on me pose très souvent et ce n’est pas en quelques mots que je vais pouvoir y répondre. Dans ce secteur, il y a deux volets, aussi sensibles l’un que l’autre : la poste et les télécoms. Pour le premier volet, le secteur postal, le constat que je fais est celui de tout le monde, je crois. Il y a beaucoup de choses à déplorer, beaucoup de retard à rattraper et beaucoup de problèmes, il faut le reconnaître. Mais avec de la persévérance, de l’organisation et de l’intelligence, tout peut être réglé. Seulement, il nous faudra du temps. Ce n’est pas un secteur dans lequel nous pouvons faire des miracles, mais je pense que le jour où nous arriverons à le moderniser en y introduisant les TIC, nous pourrons, plus au moins, améliorer la situation. Le second volet, ce sont les TIC. Je constate malheureusement l’état d’esprit qui règne et qui veut que les TIC se résument à Internet et au téléphone, et surtout au câble auquel le citoyen est branché et à travers lequel il peut parler et surfer sur le web. C’est l’idée que se font les Algériens des TIC. Le plus triste, c’est que la majorité des cadres du secteur se font la même idée. Personne ne parle d’industrie lourde, de software, etc. Nous n’arrivons pas à dissocier le ministère du secteur des opérateurs du secteur. Je crois qu’au sein du département ministériel, comme au gouvernement d’ailleurs, le premier souci est celui du bien-être du citoyen. Je souhaiterais que chaque Algérien puisse avoir accès à Internet à moindre prix et avec tous les services qui l’accompagnent. Qu’importe que ce soit Mobilis, Ooredoo, Algérie Télécom, Djezzy, un opérateur privé ou public qui les fournissent. Nous sommes là pour mettre les mécanismes qu’il faut pour que tout le monde soit connecté. Cela est dû probablement à l’héritage des PTT. Nous voyons toujours la téléphonie fixe et Internet comme identifiants d’Algérie Télécom. Algérie Télécom, malgré tout ce que nous pouvons lui reprocher, est quand même un opérateur qui a réalisé beaucoup de choses, en particulier l’infrastructure des autoroutes de transport de l’information qui est gigantesque. Malheureusement, les défaillances du réseau d’accès occultent quelque peu cela. C’est un problème de tous les jours. Il y a tout un travail à faire, mais qu’une administration ne peut accomplir. Algérie Télécom, aujourd’hui, a gardé les réflexes d’une administration. C’est un établissement public économique, mais qui se comporte comme un établissement public administratif. Il faut ajouter, également, la négligence du volet industriel. Avec la nouvelle loi sur les investissements, il y a eu, quand même, beaucoup d’ouverture, mais il reste énormément d’efforts à faire, notamment dans la promotion du produit national à travers les opérateurs d’Internet. Quand le virtuel fera appel au hardware, nous mettrons en place un écosystème dans lequel les compétences se développeront, le marché du travail également, et nous verrons l’avènement alors d’un nouveau marché.

Quelles sont les leçons à tirer du dernier incident sur le câble sous-marin reliant Annaba à Marseille dont la rupture a failli isoler l'Algérie du reste du monde ?

Encore heureux que nous ayons deux câbles ! Il fut un temps où nous n’en avions qu’un seul et ça aurait été le black-out total. Il y a deux leçons à tirer. La première, c’est de multiplier les accès. Et – laissez-moi vous dire – le hasard fait parfois bien les choses. Nous avons reçu la lettre de crédit pour entamer concrètement les travaux du câble Orval, le dimanche qui a suivi la panne survenue jeudi, sachant que cela fait déjà quelques mois qu’on y travaille. Quelque part, je me réjouis de cette coïncidence. Si cela avait été avant ou après, cela n’aurait pas donné toute sa dimension à cet investissement important de l’Etat dont l’objectif est de mettre en place un câble deux en un : Alger-Valence et Oran-Valence. Ceci résoudra une partie du problème pendant un temps, parce qu’avec le développement des technologies et le besoin insatiable du consommateur pour le contenu, il faudra tout le temps augmenter les capacités. Ce qui me ramène à la seconde leçon : le contenu doit être hébergé en Algérie. Héberger le contenu, cela ne veut pas dire changer le nom d’un domaine, par exemple «.org» par «.dz». Les monopoles mondiaux tels que Google, YouTube, les réseaux sociaux connus, nous ne pouvons pas les concurrencer – d’ailleurs, la question ne se pose même pas –, mais nous pouvons héberger du contenu en Algérie. Au lieu de télécharger ma vidéo YouTube à partir de la France ou de l’Allemagne, je la télécharge à partir d’Alger, d’Oran, etc. Pour cela, il faut de l’investissement.

Seulement, nous ne pouvons pas charger Algérie Télécom de le faire, car elle a d’autres chantiers ouverts. Il va falloir trouver d’autres moyens.

Où en est l’enquête ?

Tant que nous n’avons pas le résultat officiel de l’enquête, je ne peux rien vous dire. Ce ne sont pas les services du ministère qui mènent les investigations.

La réactivation d'un avis d'appel d'offres par le ministère des TIC pour l’acquisition d’un nouveau câble sous-marin (câble Orval) a soulevé une polémique. Une décision qui vient contredire les recommandations du Premier ministre de créer une concurrence saine dans ce secteur. Ne faut-il pas laisser les opérateurs publics NTIC et privés se charger de ces questions et apporter leur savoir-faire dans ce domaine ?

En fait, il n’y a pas de contradiction. Il faut juste placer les choses dans leur chronologie. L’autorisation de programme du projet Orval a été faite il y a déjà des années. Il y a eu plusieurs étapes pour le dégagement du budget, ce qui nous a pris plusieurs mois. Il est vrai qu’il y a des difficultés, notamment les procédures des appels à concurrence qui sont souvent infructueuses, sans oublier les multinationales de réalisation qu’il faut intéresser. Parfois, les opérateurs étrangers sont réticents, parce qu’ils doivent passer par des contrats sur les points de présence, des contrats sur l’augmentation de capacités dans le futur et des contrats de maintenance. L’autre souci, c’est que nous ne formons pas beaucoup dans ce domaine en Algérie, c’est donc difficile de trouver des personnes qui maîtrisent ce genre de travail. Et, en parallèle, Algérie Télécom joue au pompier sur d’autres fronts et ne se consacre pas suffisamment à la formation de ses cadres. Je ne suis pas en train de justifier, et j’aurais souhaité qu’entre l’appel d’offres et le lancement du projet, la durée ne dépasse pas deux mois, mais il faut savoir admettre la réalité du terrain. Quand je suis arrivée à la tête du secteur, j’ai trouvé le projet en court depuis des années et ai décidé de mettre les bouchées doubles pour le concrétiser. C’est un investissement de l’Etat qui vise à garantir l’accès à Internet, et il vient s’inscrire dans le cadre du programme du Président de la République. Maintenant, vous dites de laisser faire le privé dans la fourniture de l’accès internet. L’un ne contredit pas l’autre. Seulement, aujourd’hui, le positionnement de l’investissement du privé n’est pas bien réglementé. Il y a une loi prévue dans ce sens. Effectivement, mais la réglementation est un tout ; il y a la loi, les décrets d’exécution, les décisions de l’ARPT ainsi que d’autres dispositions. Il y a tout un système réglementaire qui fait que l’investissement privé n’est pas viable aujourd’hui. Exclusion faite des opérateurs de la téléphonie mobile. Aujourd’hui, les conditions ne s’y prêtent pas. Comment allez-vous demander à un investisseur privé de mettre des milliards en euros, dans une infrastructure à l’international ou même au niveau national, s’il n’a pas la garantie que son investissement sera rentable et que son commerce sera fructueux ? Est-ce qu’on est censé attendre que toutes les conditions favorables soient réunies pour faire appel au privé pour les connexions internationales ? Pourquoi attendre ? Nous avons de l’argent, aussi bien que l’engagement de l’Etat pour multiplier les accès à l’international, de ce fait, nous avons entrepris de réaliser le câble. Demain, si les conditions s’y prêtent, nous ferons appel au privé. D’ailleurs, comme je vous l’ai déjà dit, le seul souci du gouvernement est que le citoyen puisse avoir accès au Net. Il ne faut pas oublier aussi que nous sommes dans un contexte très délicat sur le plan économique.

Pour pouvoir diversifier les ressources et se débarrasser de la dépendance aux hydrocarbures et développer les autres secteurs par l’apport des TIC, il faut que nous ayons de la valeur ajoutée dans les TIC. Pour le moment, nous en sommes très loin. Comment pourrions-nous innover si nous n’avons pas l’investissement privé ? Et comment pourrions-nous avoir l’investissement privé si nous n’avons pas de garantie ? Ce n’est pas pour dire qu’il y ait une volonté de le brider. C’est tout simplement parce que le secteur s’est développé à deux vitesses. Tout ce qui est réglementation, positionnement de l’investissement privé sur le plan économique, compréhension de l’utilité des TIC dans l’économie nationale s’est fait à une vitesse très réduite, probablement grâce à la manne pétrolière qui a fait que nous omettions la réflexion sur le sujet. D’un autre côté, nous sommes allés à une tout autre vitesse en travaillant sur les réseaux d’accès. Chaque jour, il fallait recevoir les doléances de ceux qui voulaient être raccordés, les doléances des entreprises qui veulent avoir du haut débit, la pression pour l’investissement dans le réseau international, et ce, sans faire de schéma global ni de planification bien maturée, parce qu’il fallait faire face à d’autres problèmes. Nous sommes allés vite, mais peut-être trop. A mon avis, aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence qu’il est temps d’y réfléchir et de s’y mettre sérieusement.

La loi 2000-03 et la déclaration de la politique sectorielle avaient donné un grand espoir quant au développement du secteur. Elle a donné une vision à plus ou moins long terme et instauré un climat de confiance ayant permis divers investissements dans le secteur. Mais, quinze ans plus tard, le pays semble faire du surplace. Pourquoi ?

Avant de répondre à cette question, je dois vous dire que, parfois, le fait de chercher qui a fait quoi et pourquoi ne paie pas. Ce qui est important, c’est d’être positif et de se dire qu’aujourd’hui, nous avons localisé le problème, donc, allons le résoudre. Pour répondre au pourquoi, il va falloir prendre projet par projet, problème par problème et Dieu seul sait qu’il y en a beaucoup. Les causes des blocages sont diverses. Il faut reconnaître qu’à travers Algérie Télécom, il y a eu un investissement gigantesque de l’Etat pour le développement du réseau internet, transport et accès. Cela pour dire que l’engagement de l’Etat pour les TIC n’a jamais failli. Par contre, sur le terrain, cela ne s’est pas traduit par des résultats concrets, probablement à cause de deux erreurs. Nous avons déployé le réseau sans planification ; c’est comme construire sans plan architectural. Au niveau des communes et des wilayas, il aurait fallu coordonner et prendre en compte les nouvelles villes, les nouvelles cités, et mettre en place une cellule de veille locale qui tracerait un schéma évolutif au fur et à mesure de l’avènement des nouvelles technologies. Cela n’a pas été fait, non pas parce qu’Algérie Télécom n’a pas voulu le faire, mais parce qu’il y a un manque de ressources humaines qualifiées. Algérie Télécom, c’est à peu près 22 000 à 23 000 travailleurs qui sont pour la plupart des techniciens et des ingénieurs. Les concepteurs sont rares et ceux qui existent sont dépassés. Il aurait fallu piloter autrement. C’est une erreur, oui, il faut le reconnaître. Mais il ne faut pas s’arrêter là. Aujourd’hui, Algérie Télécom déploie son réseau de manière plus intelligente, mais ça risque de prendre du temps pour l’achever. Par ailleurs, en dehors de l’investissement public dans le domaine des télécommunications, tout ce qui a été prévu par la loi n’a pas été mis en œuvre de la façon souhaitée. Peut-être parce que nous avons mis beaucoup d’espoir sur l’opérateur public. De plus, au moment où nous avons compris qu’il fallait faire autrement, il y a eu l’avènement de la 3G mobile et le succès qu’elle a eu par l’effet de la concurrence. Ainsi, aujourd’hui, nous prenons conscience sur le positionnement du privé dans le schéma national pour le développement des télécoms pour des raisons sociales, culturelles et de libertés individuelles. Nous souhaitons que demain l’industrie, l’agriculture, l’éducation, etc., soient précédées d’un petit «e», qu’on puisse tout faire par le numérique, ceci, sans parler du marché financier et des transactions en ligne qui vont résoudre beaucoup de problèmes. Avec le e-commerce, nous pourrons probablement arriver à bout du marché parallèle, résoudre des problèmes écologiques, etc. Il faut parfois rêver, mais rêver dans le bon sens, celui de réaliser nos objectifs. Tout cela nous fait réfléchir à la nécessité du privé, pas uniquement parce que le privé apportera de l’argent, mais parce qu’il apportera aussi de la matière grise, de l’innovation et de la concurrence. Cela va créer une dynamique. Nous l’avons vu, en Algérie, dans d’autres secteurs et à d’autres époques. Je pense qu’il est temps de se mettre au travail puisque la volonté y est, plutôt que de ressasser le passé.

Vous avez lancé l’idée d’une nouvelle loi qui remplacerait la loi 2000-03. Pouvez-vous nous en parler ?

Cette nouvelle loi, ou, si vous voulez, une mise à jour de la loi, consiste à apporter les modifications qu’il faut. Il y a deux types de modifications que je souhaiterais amener. Il est vrai que depuis 15 ans, nous avons acquis une grande expérience. Beaucoup de pays ont procédé à des mises à jour de leur réglementation. Pour ce qui concerne le volet télécoms, il faut intervenir notamment sur le régime d’exploitation, le positionnement des technologies et sur la séparation entre les services internet et les services de la voix. Les compréhensions ont changé parce que la technologie a changé aussi. Je vous donne un exemple : aujourd’hui, vous envoyez un email, un document scanné, vous utilisez un fax, la voix sur le réseau fixe ou la voix sur IP… Ce sont des choses complémentaires, mais qui ne sont pas clairement exprimées et détaillées dans la loi. Il faut ainsi qu’il y ait des modifications. Vous avez raison de dire qu’il y a des points positifs dans la loi qui n’ont pas été mis en œuvre. Il va falloir les expliciter un peu mieux, pour ne pas être reconduits par des décisions et des textes d’application qui peuvent être arbitraires. Cela donnera un peu plus de force à la question du renforcement de la concurrence. D’un autre côté, je dirais que nous parlons trop de télécoms et nous oublions la poste. C’est le parent pauvre du secteur. Et pourtant, ce secteur a son importance. Je souhaiterais, donc, instaurer certaines dispositions, notamment par rapport à la possibilité de créer la banque postale qui, je pense, résoudra définitivement les problèmes de ressources d’Algérie Poste.

Des opérateurs privés dénoncent la situation de monopole qui empêche le développement des TIC en Algérie et accusent l’ARPT de ne pas faire appliquer la loi et la réglementation déclarées dans la politique sectorielle relative aux TIC. Que va changer la nouvelle loi que vous proposez par rapport à cet état de fait ? 

La loi est claire. L’ARPT est une autorité indépendante qui doit réguler le marché. Il y a peut-être une petite confusion par rapport à la politique sectorielle. Que doit développer l’Algérie en priorité ? Le téléphone, les services, Internet, le volet sécurité des données ? Cela se décide en haut lieu. Le gouvernement prend en compte la demande de la société, l’expression des besoins et des propositions des secteurs public et privé, et aussi les besoins de l’Etat pour mettre en place une politique du secteur. Cela n’est pas du ressort de l’Autorité de régulation. Ce qui s’est passé durant les années précédentes, c’est que l’interprétation des textes de loi et leur traduction en matière de réglementation du marché étaient sous forme de définition de la politique du secteur. En fait, c’est une autorité qui est supposée réguler le marché, mais qui avait plutôt le rôle de décider que telle activité devait se développer et telle autre non. Cela ne fait pas partie de ses missions. Ce n’est pas un reproche que je fais à l’ARPT, mais plutôt le constat de l’absence d’une politique claire qui a fait qu’il n’existait pas de directive. Le régulateur intervient quand il y a un litige, mais il ne doit pas définir le devenir du marché. En l’absence d’une vision claire et organisée et peut-être aussi du fait d’une situation de monopole – un terme qui peut paraître péjoratif, comme il peut être positif, parce que l’Etat a beaucoup investi dans Algérie Télécom suite à une demande sociale pour Internet –, l’opérateur se retrouvait seul à définir la politique du secteur. Je pense, que tout le monde (et même l’ARPT) prend conscience de cela et, par conséquent, aujourd’hui, nous allons vers un nouveau procédé, celui de la concertation afin de prendre en compte les pourquoi des doléances.

Vous avez appelé, donc, les responsables de l'ARPT à faire davantage d'efforts. L'autorité de régulation remplit-elle convenablement la mission qui lui est échue ?

Elle remplit sa mission. C’est nécessaire et important. Elle déborde sur ses missions, par moment. En faisant un état des lieux, on se rend compte que ce n’est pas forcément un abus de pouvoir de la part de l’ARPT. C’est dû essentiellement à une absence de dialogue. Cela paraît simple alors que les conséquences semblent désastreuses parfois.

Pourquoi ce manque de dialogue et de concertation ?

Ce n’est pas par droit de réserve, mais je ne vais pas vous répondre pour deux raisons. La première est que je n’étais pas là à ce moment-là. La seconde est que je suis convaincue que si nous nous attardons sur les pourquoi et les comment, nous n’irons pas loin. Nous ne sommes pas dans un tribunal. Nous sommes ici pour parler d’une situation et je puis vous assurer qu’il y a une bonne volonté des deux côtés. Certes, le manque de dialogue a fait que l’on ne se comprenne pas. Nous fixons des règles, croyant bien faire. Il ne faut pas non plus trop charger l’ARPT, car dans certains cas, il est nécessaire d’intervenir, et cela avec Algérie Télécom même. Aujourd’hui, j’ai constaté qu’il y a de la bonne volonté de la part des opérateurs, des investisseurs privés et de l’ARPT. J’espère pouvoir jouer un rôle de catalyseur dans le cadre du dialogue et de la concertation.

Comment allez-vous assurer une coordination entre le ministère et l’ARPT sachant que les décisions de cette dernière sont en porte-à-faux avec les orientations de l’Etat ? 

Je puis vous assurer que je n’ai aucun problème de communication avec l’ARPT. Nous arrivons à discuter de tout, tranquillement.

C’était du temps de Mme Derdouri…

Je ne pense pas que ce soit une question de personne, mais plutôt de conjoncture. Peut-être une question de maturation également. Parfois, nous sommes convaincus de ce que nous faisons. Ce que je vous dis aujourd’hui, je le dis en toute conviction. Mais Dieu seul sait que dans cinq ou six ans peut-être, on me donnera tort et on dira de moi que j’ai mal géré. C’est avec le temps qu’on peut s'en rendre compte. Vous serez d’accord avec moi quand je dis que nous sommes bons lorsque nous reconnaissons nos erreurs et les rectifions. Je vous parle de mon vécu d’aujourd’hui, l’Autorité de régulation est prête à discuter de ses décisions et les ISP, les opérateurs de téléphonie privés et publics sont prêts à faire la même chose.

Vous avez décidé d'ouvrir votre département aux opérateurs autres qu'Algérie Télécom en vous rendant aux sièges de deux d'entre eux. Allez-vous vous limiter à ces deux opérateurs sachant que ce ne sont pas les seuls à activer dans le domaine des TIC en Algérie ?

Je souhaiterais rendre visite à tous les acteurs des TIC et des télécoms, privés et publics.

Cependant, il faut reconnaître que ces deux opérateurs de téléphonie mobile emploient une main-d’œuvre importante et fournissent un service de téléphonie aux citoyens algériens. C’était tout à fait normal que j’aille leur rendre visite afin de m’enquérir sur le terrain de ce qu’ils font, de leurs taux d’investissements par commune et wilaya. C’est aussi pour leur passer le message que je suis la ministre de tout le secteur et non pas la ministre d’Algérie Télécom. Je représente aussi le propriétaire d’Algérie Télécom (l’Etat, ndlr). Il faut le reconnaître et savoir faire les deux. Mon intérêt se situe dans le développement de l’économie de mon pays, du confort de mes concitoyens, mais également dans le développement des entreprises nationales. La priorité des priorités est de garantir l’accès aux services d’un certain niveau, que nous espérons excellent, pour le citoyen et tous les moyens sont bons pour y arriver et quitte à faire des mécontents, qu’ils soient d’un côté ou d’un autre. Par ailleurs, il faut se rappeler que je ne suis pas là depuis très longtemps. Je fais deux choses à la fois : gérer et découvrir les gens qui activent dans le secteur. Cela peut prendre du temps. Il ne faut pas voir dans mes visites à Mobilis, Ooredoo et Djezzy le fait qu’ils constituent à eux seuls les télécoms. Pas du tout.

Il y a des questions urgentes qui ne nécessitent pas de nouvelles lois pour être réglées. Par exemple, la décision 18 prise par l’ARPT et qui modifie la définition du chiffre d’affaires de l’opérateur, transgressant la loi, chose qui a considérablement affaibli les petits opérateurs (ISP). Il y a, également, le décret 09-410 portant sur les équipements sensibles qui définit tout équipement informatique sensible. Ne pensez-vous pas que ce décret et cette décision ralentissent tout ce qui est développement et intégration dans le domaine des TIC ?

Bien sûr. Des textes réglementaires conjugués à une certaine inertie de l’administration. Pour ce qui est des équipements sensibles, un travail est en cours pour la modification du décret. Ce travail a commencé pendant l’été. Il y a une astuce simple à utiliser quand il s’agit de délais administratifs. C’est de partir sur un accord tacite s’il n’y a pas de rejet après un certain délai. C'est-à-dire que si au bout de quarante jours, par exemple, je n’ai pas de réponse, cela veut dire oui. Pour ce qui est de la décision 18, j’en ai parlé avec le conseil de l’ARPT, lors de ma dernière visite et ses membres m’ont présenté un argumentaire. J’en ai parlé avec des ISP, ils en ont présenté un autre. Je préfère réserver mon opinion et je préconise une rencontre que j’appellerai tripartite entre les opérateurs, l’ARPT et le ministère. Non pas pour arbitrer, mais juste pour dialoguer. Ce qu’il faut savoir, c’est que nous voulons tous la même chose. Seulement, il faudrait se mettre d’accord sur les mécanismes. Aujourd’hui, il est question de travailler pour améliorer le climat des affaires dans le cadre des directives du Premier ministre. Les télécoms, en général, sont un domaine où les affaires sont importantes, surtout pour note pays. Les TIC pourront être le moteur des autres secteurs.

Jusqu’à quand l’ARPT continuera-t-elle d’être un facteur de blocage pour le développement des TIC dans le pays ?

Je reste profondément convaincue que l’ARPT doit rester indépendante, et ce, pour une raison toute simple : quand l’ARPT remplira le rôle qui est le sien, elle sera là pour gérer la concurrence commerciale. Lorsque nous irons vers l’environnement souhaité, il y aura des dizaines, voire des centaines d’opérateurs de tous types, et il faudrait à ce moment-là, réguler. Et le régulateur ne doit pas appartenir à une partie ou à une autre. De ce fait, cela ne peut être qu’une autorité indépendante, à la demande des opérateurs eux-mêmes. Par contre, il faut remettre les choses à leur place et les missions à leurs détenteurs ; l’ARPT est le régulateur du marché commercial et pas d’autre chose.

Que prévoyez-vous pour redonner confiance aux investisseurs et encourager davantage l’investissement national ?

Pour commencer, régler leurs problèmes dus, pour certains, à des décisions qu’ils contestent. La contestation ne peut être prise en charge que par le dialogue, lequel mènera à des solutions. Je souhaiterais que les gens en sortent convaincus. Qu’ils obtiennent ce qu’ils voulaient, en partie ou en totalité ou pas du tout. L’essentiel est que tout le monde soit satisfait et convaincu. Par ailleurs, j’aimerais que les investisseurs participent à l’élaboration de la vision du secteur. Par exemple : que devons-nous demander aux autres secteurs ? Quel genre de dispositif faudrait-il mettre en place ? Je veux bien leur formuler des propositions, mais en contrepartie, je veux pouvoir m’appuyer sur leur expérience de terrain. Ils sont sur le terrain, donc, ils connaissent mieux les problèmes. Je pense que nous avons tous les mêmes objectifs, et du moment que nous respectons tous la loi, nous arriverons à de bons résultats. C’est d’ailleurs la démarche adoptée par Monsieur le Premier ministre lorsqu’il écoute l’avis des experts à travers le FCE ou toute autre entité représentant le secteur privé.

Nos voisins ont investi significativement et commencent à compter les dividendes en pourcentage de PIB. Quelle est la part de l’investissement des TIC en Algérie et quelle stratégie allez-vous adopter pour accroître la participation des TIC dans le PIB national ? (On ne parle pas du budget alloué dans le cadre de la loi de finances, mais de l’investissement).

Il y a une diversité de sources de financement de l’investissement dans les TIC. Nous avons financé à partir du budget de l’Etat, de budgets exceptionnels et d’Algérie Télécom. A partir aussi du service universel qui est financé par le biais des redevances des opérateurs. Il y a même des opérations hors budget. Faire l’assainissement de tout cela prendra un temps fou, beaucoup d’énergie et il faudrait mettre beaucoup de monde dessus. Nous le ferons, ce n’est pas exclu, mais, pour le moment, j’ai des priorités et pas assez de cadres. Pour ce qui est de la deuxième question, je crois que je suis parmi les rares personnes qui pensent que la chute des prix du pétrole est une aubaine pour l’Algérie. Pour la simple raison qu’aujourd’hui, Dieu merci, nous ne sommes pas en crise, parce que des personnes avisées ont prévu une telle situation. Seulement, nous ne pouvons pas subsister vingt autres années comme cela. Actuellement, tout le monde a compris qu’il faut diversifier notre économie et tous y travaillent. Je pense que ce ne sont que l’investissement privé et la concurrence qui peuvent garantir une participation effective des TIC dans le PIB. L’Etat, qui est le garant de la liberté et de la sécurité individuelles, pourrait investir dans des zones commercialement non intéressantes, mais pour le commerce, il n’y a pas mieux que le privé. Nous en sommes là. Donc, nous devons commencer par régler les petits problèmes qui peuvent avoir des conséquences notables, améliorer la réglementation, notamment les régimes d’exploitation, peut-être aussi assouplir et, en même temps, généraliser les nouvelles technologies, en instaurant l’égalité entre chacun et, par la force de la nature, tout se développera. Si on arrive à fidéliser et à mettre en confiance les investisseurs nationaux, les choses iront d’elles-mêmes. L’investissement national est beaucoup plus important que l’investissement international, bien qu’on y voit parfois des avantages. Dans les grandes industries, c’est important d’avoir le savoir-faire étranger, mais dans le domaine des TIC, il y a assez de génies en Algérie.

Dans le dernier rapport du Global Information and Technology Report du World Economic Forum, concernant l’usage des TIC, de réceptivité technologique, de disponibilité des dernières technologies et d’étendue de la chaîne de valeur, l’Algérie est classée respectivement à la 108e, 136e et 126e sur les 145 pays du classement, malgré les efforts financiers consentis par l’Etat pour ce secteur. Qu’est-ce qui sera fait concrètement pour sortir de ce classement peu honorable pour une puissance régionale comme l’Algérie, autrement dit, quelle est la vision de votre département à long terme ?

Votre question résume, un peu, ce que je disais depuis le début. Il ne s’agit pas de se justifier encore une fois, mais d’éclairer les lecteurs. Le classement international est fait sur la base d’indicateurs qui sont, pour la plupart du temps, mal définis. Savez-vous que l’on considère [faussement] que l’Algérien moyen ne possède pas de smartphone et n’a pas d’ordinateur à la maison ? Il y a plusieurs raisons à cela. Nous n’arrivons pas à communiquer des chiffres à ces instituts. On nous demande, lors des enquêtes, le pourcentage des foyers qui possèdent des ordinateurs chez eux, mais nous n’avons pas de réponse. Et quand ils ne reçoivent pas de réponse, ils nous mettent un zéro. Sincèrement, qui peut croire une chose pareille ? L’Algérien moyen possède parfois deux smartphones. Seulement, les rapports de ces instituts ne parlent pas de cela. Donc, ce mauvais classement est dû en partie à des indicateurs mal communiqués. Il faudrait arranger cela et, peut-être aussi, demander plus d’honnêteté aux enquêteurs internationaux. J’ai la conviction que si nous arrivons à mettre en place un climat favorable pour le développement des affaires dans les télécoms, je pense qu’assez rapidement, nous verrons le classement changer. Je pense qu’aujourd’hui, il y a deux aspects sur lesquels il nous faudra travailler : rattraper le retard sur les réseaux d’accès et permettre la mise en place d’un climat favorable pour le développement de l’investissement privé.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

 

12 novembre 2015

 

Entretien de Madame Houda-Imane Faraoun, Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication avec   El-Djazair.com :  "Un bon ministre, c’est celui qui associe à ses réflexions des experts de chaque   domaine" 

 

El-Djazair.com : Mme la ministre, dans votre récente intervention sur les ondes de la chaîne III, vous avez affirmé que sur le plan de l’investissement de l’année 2016, il sera question de la deuxième phase de réduction des prix.  

Mme Houda-Imane Faraoun 

C’est une question que j’ai souvent abordée dans mes entretiens précédents à la presse nationale. Baisser les prix de l’Internet sur décision politique ne peut être que néfaste pour les entreprises nationales qu’elles soient du secteur public ou privé. Cela n’a aucun sens. Baisser ces prix doit obéir à une stratégie commerciale. Je m’explique : aujourd’hui, Algérie Télécoms (AT) ne compte pas beaucoup de clients professionnels y compris les opérateurs de téléphonie mobile, qui à leur tour disposent de leur propres réseaux. Autrement dit, AT n’encaisse que peu d’argent de la part de ces opérateurs. Pour renverser la donne, AT devrait baisser ses prix. C’est une stratégie commerciale. C’est en quelque sorte comme le cas d’un grossiste chez qui est stockée de la marchandise dont la date de péremption approche. Pour que ce grossiste puisse la vendre, il est contraint de baisser les prix que de la perdre complètement. Je dirais que c’est une stratégie qui n’avait jamais été adoptée auparavant par Algérie Télécoms. D’ailleurs, j’ai longuement discuté de cette question avec le premier responsable de l’entreprise et on va partir sur cette base trop prochainement. Il faut juste préciser sur ce point qu’il s’agit d’une clientèle bien spécifiée dite professionnelle comme les banques et les zones industrielles entre autres. En parallèle, avec l’évolution du parc clients dont les besoins sont estimés à des centaines de mégas, les revenus d’Algérie Télécoms vont automatiquement augmenter et c’est à partir de là que l’entreprise pourra financer ses investissements tout en baissant graduellement les prix pour les particuliers et pourquoi ne pas fournir dans l’avenir de l’Internet gratuitement comme ce fut le cas dans beaucoup de pays en rentabilisant dans le même temps d’autres services via le Web.

 El Djazaïr.com : Donc Mme la ministre, on est contraints d’une manière ou d’une autre à aller vers le e-paiement ?

 

 Mme Houda-Imane Faraoun:

C’est clair. Et sachez que s’agissant du volet technique, les choses vont bon train. On y travaille. Reste le volet juridique, il est question d’un projet de loi portant mise en œuvre du e-commerce qui est en phase d’élaboration. On ne peut en aucun cas autoriser les gens à aller acheter et vendre sur Internet pour qu’on se retrouve par la suite confrontés à une situation d’un marché parallèle. Les Algériens ne devraient pas se faire arnaquer également. En d’autres termes, il faudrait qu’il y ait une réglementation et c’est réalisable puisqu’au niveau du département du Commerce, une commission est déjà à pied d’œuvre. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, s’agissant de l’introduction de la connexion en 4G, vous avez a observé qu’il faudrait encore temporiser en prenant en compte la fiabilité économique de ce projet, relevant plus loin que le calendrier de déploiement de la 3G n’a lui-même pas encore été mené à son terme. « L’introduction de la connexion en 4G n’est toujours pas dans l’agenda des préposés à l’internet », avez-vous signifié. La question est-elle toujours d’actualité ? 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Tout à fait. Les consultations avec les trois opérateurs de téléphonie mobile ont démontré que ces derniers ont orienté la quasi-totalité de leurs investissements vers le déploiement et la généralisation de la 3G. Ceci dit, encore investir pour le moment dans la 4G serait préjudiciable pour les opérateurs. Notre souci en tant que ministère est également se défendre le consommateur ou le client. En tout cas, la date du lancement du déploiement de la 4G dépendra du calendrier de la généralisation de la 3G notamment par Djezzy et Ooredoo. Aussi, on ne pourrait faire l’impasse sur la ressource spectrale importante et nécessaire pour le développement de la 4G. Si c’est restreint, on aurait affaire à de mauvaises prestations de service. Ce serait par contre plus large si on parvenait à restituteur les ressources utilisées pour le GSM. Autrement dit, il n’est pas question de faire dans la précipitation. Seulement, nous assurons que la 4G serait lancée en 2016, probablement durant le premier semestre du moins en ce qui concerne l’appel à la concurrence. 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, et pour l’itinérance entre les trois opérateurs ? 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

C’est un projet qui me tient à cœur que je compte présenter dans l’année. Encore une fois, il ne s’agit nullement d’une décision politique mais purement commerciale car il faut rentabiliser les biens publics et aussi réduire la facture des importations des équipements. Il est aussi question de préserver l’environnement. Utiliser un seul BTS et mieux que d’en utiliser trois. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, vous avez révélé récemment que la nouvelle loi des Technologies d’information et de la communication (TIC) est en cours d’élaboration car lors de votre rencontre avec la presse en septembre dernier au forum du quotidien Liberté, vous avez affirmé que s’il y a beaucoup de dysfonctionnements, c’est parce que la loi sur les TIC est dépassée. Peut-on avoir une idée sur son contenu ?

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

La nouvelle loi est encore en effet en cours d’élaboration. Pour la mettre en œuvre on prendrait tout le temps qu’il faudra car il n’est plus question de modifier une loi chaque deux ou trois ans. Dans la prochaine loi, il faudrait prendre en compte absolument tout. Ce qui est certain, c’est que pour son élaboration, nous avons lancé des consultations et nous comptons sur la contribution de tout un chacun. Je ne saurais dire qu’en tant que ministre qu’il faut faire ceci ou cela. Un ministre n’est pas expert en tout. Et c’est là que je réponds à la question de savoir ce que c’était un bon ministre. Pour moi un bon ministre c’est celui qui associe à ses réflexions des experts de chaque domaine. C’est aussi un ministre qui sait écouter les autres. Donc, nos portes sont grandes ouvertes à tous ceux et toutes celles pouvant apporter un plus à la mise en œuvre de cette nouvelle loi. On a un retard d’une vingtaine d’année à rattraper et surtout ne pas rater le prochain saut. Dans le cas contraire, nous risquons de nous engouffrer pour ne plus jamais nous relever. L’erreur n’est pas permise. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, du fait que les technologies de l’information et de la communication sont devenues un puissant levier de développement économique et social, elles sont la source d’innovations continuelles au cœur de la croissance des économies et créent des opportunités nouvelles de développement. Comment intégrer notre développement dans un contexte de mondialisation afin d’éviter une fracture irrémédiable avec les économies mondiales ?

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Les TIC est un secteur dans lequel il faut travailler trois choses en parallèle. En premier lieu, il est question de veiller à ce que l’infrastructure déployée permette la connexion de tout un chacun. C’est trop complexe mais il ne faut pas s’en dérober. On est là pour l’assumer. Deuxièmement, il faut être à jour et rattraper tout retard constaté dans le domaine. Ma vision est claire. Si on déploie par exemple la 4G pourquoi ne pas songer à la 5G dès lors. On ne sait pas ce que nous réserve la technologie dont on est appelés à être au diapason de toutes les évolutions. On est également obligés d’apporter les TIC vers d’autres secteurs. C’est pour répondre d’ailleurs à cette problématique qu’il a été créé au niveau de notre département un Fonds d’appropriation des usagers et du développement des technologies de l’information et de la communication (FaudTIC). Ce fonds sert à prendre en charge le financement des projets qui visent à accélérer la généralisation de l’usage des TIC. Nous avons presque un projet avec chaque secteur. D’ici la fin de l’année en cours, un arrêté sera publié et concernera tous les projets financés dans le cadre de ce fonds. Et après l’initiative louable du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales de connecter au réseau toutes les communes du pays dans le cadre de la modernisation de l’administration, ce serait éventuellement au tour des autres administrations. Nous comptons également mettre en place un réseau intranet sécurisé de l’Etat. En deux mots, c’est le e-gouvernement. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, nous disposons de compétences et des sommes conséquentes avaient été déboursées dans le secteur. Cependant, comme vous l’avez-vous-même souligné, des carences particulièrement dans la gestion et les prestations des services sont constatées ici et là. Où se situe le maillon faible selon vous ? 

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

S’agissant de la ressource humaine, rappelons que la président de la République avait de tout temps appelé les expatriés à venir prendre part au développement du pays d’une manière générale. Nous concernant, j’ai eu des échanges avec bon nombre de nos concitoyens établis à l’étranger et ils se sont dits prêts à nous rejoindre et de ce fait à prendre ensemble ce train du développement. Pour parler du volet dysfonctionnements qui est une réalité, disons que c’est une logique (il ne faut pas mal interpréter) héritée de tant d’années de cumuls. Quand un travailleur d’Algérie Poste – à titre d’exemple – ne dispose pas d’un salaire capable de lui garantir de répondre à ses besoins, quand ce fonctionnaire est cloué derrière son bureau huit heures durant dans une salle qui n’est pas climatisée en été ni chauffée en hiver, quand on refuse à un fonctionnaire le départ à la retraite faute d’une remplaçant, il faudrait bien le comprendre avant de le réprimander. Logiquement, on ne peut pas demander à ces fonctionnaires de donner plus que les moyens ne leur permettent. Et cette anarchie a donné lieu à une mentalité ou à un laisser-aller. Et comme le disait Albert Einstein, il m’est plus facile de casser un atome que de changer une mauvaise mentalité. Donc apporter des solutions à tous ces manquements ne pourrait se faire que graduellement. On le fait, et on le fera tout en prenant en en considération l’environnement de tous les travailleurs du secteur. On a procédé dernièrement à l’installation d’une commission 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, à travers l’ensemble des régions du pays, Algérie-Poste a déployé des centaines de distributeurs automatiques de billets mais qui sont presque tous en panne ou détériorés. Que comptez-vous faire pour remédier à cette situation qui pénalise aussi bien l’usager que l’opérateur ?

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Algérie-Poste a une responsabilité à assumer dans ce dysfonctionnement d’autant que l’entreprise a procédé à l’acquisition de ce matériel sans songer à la formation qui va avec leur maintenance. Il est inconcevable d’attendre jusqu’à ce qu’un technicien du fournisseur fasse un déplacement pour corriger parfois une panne sans grande importance. La situation est prise en charge. Nous avons dernièrement procédé à un nouvel achet de distributeur tout en exigeant de notre fournisseur l’accompagnement de nos personnels s’agissant de la formation. C’est dire que dorénavant, toute démarche d’acquisition de ces DAB se fera d’une manière plus réfléchie. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, qu’est-ce qui empêche le projet de la Banque postale algérienne de voir le jour d’autant que vous avez indiqué que la banque postale est la seule chose qui permettrait à Algérie-Poste d’être autonome et d’améliorer les conditions de travail de ses employés ?

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Rien n’empêche la mise en place de la banque postale. Dans tous les pays disposant d’une telle banque, le processus de sa mise en place avait nécessité au minimum deux ans. Mettre en place un telle banque exige également une étude, une définition l’enveloppe et les centres pilotes, examiner toutes les possibilités, les cahiers des charges ainsi que les services banquiers à offrir. En tout cas, le processus est déjà entamé et c’est l’ex P-DG de la CNEP Djamel Bessa qui le pilote. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, vous avez installé récemment une commission pour mettre un nouveau plan de distribution du courrier. Peut-on en connaître les premières recommandations ? 
 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Tout à fait. C’était l’EMS qui était chargé d’établir et de mettre en exécution un plan de restructuration de la distribution. Les premiers résultats obtenus jusque-là sont encourageants puisque nous ne sommes pas loin des normes internationales dans ce domaine. Pour Alger, par exemple nous sommes parvenus à assurer 85% de la distribution en deux jours. Le meilleur est à venir.

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, les colis postaux sont parfois remis à leurs destinataires dans un état lamentable, avec parfois la perte d’objets si ce n’est le colis lui-même. Lors de votre réunion avec l’ARPT, vous avez exigé que l’opérateur public Algérie-Poste soit contrôlé au même titre que les opérateurs privés DHL, UPS, TNT et Fedex quand bien même il est le seul à offrir du service public. Quel dispositif mettre en place pour y remédier ?

 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Cela reste tributaire de l’acquisition de tous les équipements adéquats comme les caméras et les scanners. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, vous avez été désignée parmi les 10 femmes arabes les plus influentes. Votre commentaire.

 

Mme Houda-Imane Faraoun :

Je n’ai pas pris ce poste pour de telles nominations. C’est uniquement dans le souci d’améliorer les choses dans le secteur et de ce fait contribuer au développement de notre pays et édifier l’Algérie de demain. 

 

El Djazaïr.com : Mme la ministre, nous vous laissons le soin de conclure cet entretien !
 

Mme Houda-Imane Faraoun : 

Je vous remercie encore une fois pour cette tribune de laquelle je dirais aux employés de toutes nos entreprises d’avoir du patriotisme et de l’efficacité pour en faire des entreprises porteuses. Aux citoyens, de faire preuve de patience. Les réformes vont bon train. 
 

M. A. M.

Novembre 2015

 

 

 

وزيرة البريد وتكنولوجيات الاتصال، إيمان هدى فرعون، ضيفة"الخبر"

"لا قضاء على مشكل السيولة إلا بالدفع الإلكتروني"

 

 لا قضاء على مشكل السيولة إلا بالدفع الإلكتروني"

عادت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال، إيمان هدى فرعون، بمناسبة نزولها، أمس، ضيفة على ركن “فطور الصباح”، إلى الانقطاع الذي وقع في شبكة الأنترنت الأسبوع الماضي، حيث تعرضت للتفاصيل التي أدت إلى وقوع الحادث، في حين شرحت كيفية تطبيق المرسوم الخاص بفرض رقابة على الأنترنت، حيث قالت إن هذه الخطوة “لا بد منها” في وقت صارت شبكة الأنترنت في متناول الجميع. على صعيد آخر، اعترفت ضيفة “الخبر” بالنقائص التي تعرفها مؤسسة “بريد الجزائر” على مستوى الموارد البشرية والإمكانيات والمنشآت المادية، والتي تسببت في تردي بعض الخدمات المقدمة.

.

فرعون تبرر إنشاء هيئة لمراقبة الأنترنت
“من واجب الدولة حماية الجزائريين إلكترونيا”

 

 أفادت فرعون، لدى نزولها ضيفة على ركن “فطور الصباح”، أمس، بأن “المرسوم الذي يحدد تشكيلة وتنظيم وكيفيات سير الهيئة الوطنية للوقاية من الجرائم المتصلة بتكنولوجيات الإعلام والاتصال، جاء لتعقب الجريمة الإلكترونية، على أساس أن فضاء الأنترنت أضحى يستغل من طرف جماعات إرهابية وأعمال تخريبية وتجارة المخدرات واختطاف الأطفال، ومن واجب الدولة حماية الجزائريين من هذه الجرائم”

وتفسر الوزيرة هذه الحماية بقولها : “الأنترنت صارت فضاء عاما ينشر فيه الجزائريون خصوصياتهم، مثل صورهم ومعلومات عن حياتهم اليومية، وبحكم العقد الموجود بين الشعب والدولة، أنشأنا هيئة مستقلة ومسؤولة تنظم حماية هذه الخصوصيات للمواطنين إلكترونيا، فمن غير المعقول أن تتحكم وزارة البريد في هذه الرقابة لوحدها، وإنما هيئة تحت وصاية العدالة

وتابعت فرعون تقول : “سابقا كانت اتصالات الجزائر لا دخل لها في هذه الرقابة، لكن الأوضاع تغيرت في الفترات اللاحقة، فصار ضروريا إثبات الجرائم التي ترتكب في الأنترنت”. وعن توقيت صدور المرسوم في الوقت الحالي، أجابت ضيفة “الخبر” : “صحيح أن المرسوم جاء متأخرا، فهناك دول اعتمدت هذه الإجراءات منذ 20 سنة، لكنه جاء في وقته مع التطور السريع الذي شهده مجال الأنترنت في الجزائر، خصوصا مع تقنية الجيل الثالث”.

وأعطت الوزيرة مثالا لتوضيح هذه الفكرة للجزائريين، بظاهرة اختطاف الأطفال التي تصنع الحدث هذه الأيام وسط العائلات، فقالت : “لا قدر الله إذا تعرض طفل للاختطاف وأرسل الخاطفون معلومات إلى عائلة المختطف عبر اتصال إلكتروني أو هاتفي، سيسهل مرسوم إنشاء هيئة المراقبة تحديد هوية الخاطفين ومكانهم”، مضيفة : “وأيضا لما يتعرض مواطن للسطو على أموال في بنك، فالمرسوم يحمي صاحبها بالتعرف على الفاعل إلكترونيا”.

إيمان هدى فرعون ترفض “المغامرة بأموال الجزائريين”
“دفع فواتير الكهرباء والغاز إلكترونيا قريبا”

 قالت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال، إيمان هدى فرعون، إن مشكل السيولة المالية الذي يتكرر بشكل دوري “لن يتم القضاء عليه نهائيا إلا باعتماد تقنية الدفع الإلكتروني”، مشيرة إلى أن المسؤولية مشتركة بين المواطن والإدارة، فيما اعترفت بالضعف التقني الذي تعانيه مؤسسة “بريد الجزائر”، والذي يتسبب في محدودية الخدمات التي تقدمها.

واعترفت المسؤولة الأولى عن القطاع بأنه “ليس من السهل القضاء على أزمة السيولة في الفترة الحالية”، مرجعة السبب إلى عدة عوامل، أولها مرتبط بثقافة المواطن، حيث اعتبرت أنه “من غير المعقول أن يسحب المواطن كل أجرته الشهرية مرة واحدة، رغم أنها تتجاوز سقف المائة ألف دينار، وهو ما يتكرر لدى أغلب المواطنين”، مفيدة بأن مصالحها تعمل على استرجاع ثقة الزبون في المؤسسة، ومحاربة التفكير في أن “بريد الجزائر” غير موثوقة. فيما أرجعت السبب الثاني إلى الإدارة، “حيث أن الكثير من المراكز تقع في مناطق بعيدة ونائية، وفي أحيان كثيرة لا يتواجد على مستواها إلا عامل أو عاملين اثنين فقط”، وعليه قالت إن “تزويدها بحجم كبير من السيولة يشكل خطرا ومغامرة، رغم المجهودات التي تبذلها المصالح الأمنية والمتخصصة في نقل ومرافقة تلك الأموال من البنك إلى المركز”. وذكرت ضيفة “فطور الصباح” أن “الحل الوحيد الذي يجعلنا نقضي نهائيا على مشكل السيولة هو اعتماد تقنية الدفع الإلكتروني”، مفيدة بأن الزبون “لن يضطر حينها للتنقل إلى مراكز البريد لسحب أمواله”.

وحول مشروع الدفع الإلكتروني، قالت فرعون إن إطلاق العملية يتطلب توفر الظروف الملائمة، فمؤسسة “بريد الجزائر” والبنوك، حسبها، “تعرف تأخرا كبيرا”، وأن هذه المؤسسة “لا تتوفر على تقنيين مختصين يشرفون على البرمجة، وبالتالي لا يمكن المغامرة بأموال المواطنين، حيث لا بد من الانطلاق في مرحلة أولى يتم فيها تسديد فواتير المواطنين إلكترونيا، قبل الانتقال إلى اعتماد الدفع الإلكتروني. هذا الإجراء، تقول فرعون، سيطبق تدريجيا في المستقبل. وأوضحت أن العملية ستعود بمداخيل هامة على “بريد الجزائر”.

على صعيد آخر، أبدت المتحدثة استياءها من عملية تسيير الموزعات الآلية، حيث قالت : “إن المشرفين على العملية قاموا بنصبها في وقت سابق دون التفكير في عملية الصيانة الدورية، وهو الأمر الذي أحدث خللا لدى استعمالها”. وأضافت أن استغلال هذه الأجهزة مستقبلا لن يمنح إلا للمتعاملين الذين يمكنهم توفير الصيانة الدورية والتصليح.
فرعون تكشف أن شركة التأمين ستتحمل جزءا من الخسائر
'الفرضية الأمنية مستبعدة في انقطاع الأنترنت'

استبعدت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال، إيمان هدى فرعون، الفرضية الأمنية وتسبب غواصة في عطب الكابل البحري للأنترنت في سواحل عنابة. وذكرت أن “القول بحدوث هذا الأمر غير مؤسس من الناحية المنطقية، بالإضافة إلى عدم توفر الدواعي لقيام جهة معينة بعملية كهذه بشكل عمدي”.

وأوضحت الوزيرة أن “التحقيقات الأولية التي باشرتها السلطات العمومية تكشف أن الكابل البحري قطع بآلة حادة، وهو الأمر الذي يرجح فرضية أن تكون أسباب الحادث مرساة باخرة غير معروفة لحد الآن”، مضيفة أن “تحديد الباخرة المسؤولة عن الحادث من صلاحيات الجهة الأمنية الوصية على التحقيق”، في إشارة إلى أن العديد من الأصداء تكلمت عن باخرة فرنسية أو مالطية أو تحمل راية أخرى.

وعلى هذا الأساس، ذكرت ضيفة “الخبر” أن “الوصاية أودعت شكوى ضد مجهول، في انتظار ما ستسفر عنه التحريات والتحقيقات في هذا المجال”، وبينما ذكرت الوزيرة أنه “لا يكمن تحديد الخسائر المسجلة جراء انقطاع خدمة الأنترنت بشكل دقيق”، أكدت على أن جزءا من هذه الشبكة الدولية مؤمن عليه، وعليه ستتحمل شركة التأمين تعويضها لاتصالات الجزائر، مضيفة أن “هذه الأخيرة التزمت بتعويض زبائنها”.

وفي تطرقها إلى الحلول المقترحة لتفادي تكرر الحادثة مستقبلا، ذكرت الوزيرة أن “القطاع يعمل على تنويع مصادر الشبكة الدولية، وإنشاء كوابل جديدة تربط الجزائر بالقارة الأوروبية”، وأشارت إلى الكابلين البحريين الرابطين بين وهران ومدينة فالنسيا الإسبانية وبين الجزائر وفالنسيا، بحجم استثمار يصل إلى 36 مليون أورو، والذي سيرفع حجم تدفق الأنترنت بزيادة 100 جيغا بيت إضافية قابلة للزيادة. وأكدت المتحدثة على أن هذا “النوع من الاستثمارات جزء من الحلول المطروحة، بالإضافة إلى ضرورة توطين المواقع الإلكترونية على مستوى الجزائر بدلا من الاعتماد على المؤسسات الموجودة خارج الوطن، وهي الفكرة المطروحة بالنسبة للمحتويات الجزائرية والمواقع العالمية كذلك.

نفت أن يكون "الاحتكار" لدواع أمنية

"القانون لا يمنع الخواص من الاستثمار في الأنترنت"

 أكدت وزيرة البريد على أن “القانون الساري العمل به لا يمنع استثمارات خاصة وطنية في مجال خدمات الأنترنت”، وأرجعت سيطرة المتعامل التاريخي “اتصالات الجزائر” على السوق إلى “مبررات اقتصادية محضة لا تمت إلى القوانين أو الدواعي الأمنية بأي صلة”.

وشرحت ضيفة “الخبر” هذا الموقف بكون “طبيعة الاستثمار في وضع الشبكة الوطنية من الألياف البصرية تجعل التكاليف عالية، ما يفرض على المؤسسات الخاصة المستثمرة عرض تسعيرات غير تنافسية مقابل تلك المقدمة من طرف اتصالات الجزائر”، وهو الأمر الذي بررته الوزيرة بعدم قدرة الشركات الخاصة، التي كانت تنشط في السوق سابقا، على مواصلة العمل، غير أنها أشارت إلى أن الوصاية تعمل على فتح القطاع، ومنح المتعاملين الخواص إمكانية ضمان جزء من الخدمات المقدمة من طرف اتصالات الجزائر، باعتبارهم زبائن للمؤسسة العمومية.

ونفت المتحدثة أن يكون لـ”احتكار” السوق من طرف “اتصالات الجزائر” علاقة بالطبيعة الاستراتيجية للقطاع من الناحية الأمنية، مشيرة إلى أن المعلومات والوثائق الإدارية والرسمية الحساسة المتوفرة لدى الدوائر الرسمية والوزارات يتم تداولها عبر شبكة الأنترانات الداخلية وليس بواسطة الأنترنت

وأضافت فرعون بالمقابل أن قضية انفتاح السوق تطرح بالنسبة للمتعاملين الأجانب، المطالبين بضرورة الاستثمار في مجال صناعة ذات العلاقة بتكنولوجيات الإعلام والاتصال، بدلا من الاكتفاء بالقطاع الخدماتي الذي يمكن للشركات والكفاءات المحلية القيام به

“تسعيرة الأنترنت ستتراجع تدريجيا”

اعترفت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال، إيمان هدى فرعون، بأن “تسعيرة خدمات الأنترنت في السوق الجزائرية مرتفعة، إذا ما قورنت بتلك المطبقة في الدول المجاورة”، وعللت سلم الأسعار المعمول به حاليا من قبل اتصالات الجزائر بالتكاليف العالية المخصصة للاستثمار في وضع وتوسيع الشبكة وصيانتها. وقالت ضيفة “فطور الصباح” إن “اتصالات الجزائر لا تستفيد من مداخيل إضافية على تقديم خدمات الأنترنت للزبائن، من منطلق أن الاستثمار في مجال الدفع عن طريق النت أو التجارة الإلكترونية لا يزال في مراحله الأولى في الجزائر”، مضيفة أن الوصول إلى هذه المرحلة سيخول للمتعامل تخفيض التسعيرة، وهو الأمر الذي من المتوقع أن يتم بشكل تدريجي. وأكدت أن الأولوية في الوقت الراهن هي لتمكين كل الجزائريين من استعمال هذه التكنولوجيا، وكشفت أن دمقرطة استعمال الأنترنت من أهم أهداف القطاع.

“يجب ألا يستغل حجب المواقع الإباحية للمساس بحرية التعبير”
 قالت وزيرة البريد، هدى فرعون، بخصوص حجب المواقع الإباحية التي أثارت جدلا كبيرا، ما يلي : “أنا أتوسم الخير في الجزائريين، لا أحد يقبل أن يجري غلق أي موقع بصورة تعسفية دون الاستناد إلى سند قانوني، لأننا في دولة قانون، وصعب أن تطبق مثل هذه الممارسات لأنها تتعارض مع حرية التعبير، وأيضا حتى لا تعطى فرصة للمنظمات الدولة تصنيفنا في ذيل الترتيب في مجال حرية التعبير، ومن غير المعقول أيضا أن يجري قمع الجزائريين باسم القانون، فلم أشأ أن ترتكب سابقة خطيرة في هذا المجال”.

توصية لفتح رأسمال “موبيليس”
 كشفت وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال عن وجود توصية من مجلس مساهمات الدولة، تنص على فتح رأسمال متعامل الهاتف النقال “موبيليس”. وذكرت أن تحديد الشركة المعنية بهذه الشراكة غير متوفر حاليا، مشيرة إلى الأصداء الإعلامية التي ذكرت المتعامل “أورانج”، مضيفة أن هذا الأمر متروك للجنة من الخبراء والمختصين التي ستقرر ذلك.

“القانون الحالي يتعب المستثمرين”
 كشفت ضيفة “الخبر” عن قانون جديد تحضره مصالحها من أجل تنظيم القطاع، ويتضمن تخفيف الإجراءات الإدارية المفروضة على الخواص من أجل الاستثمار، حيث اقترحت المسؤولة الأولى عن القطاع اعتماد الرخصة الموحدة، التي تقضي بأن يتحصل المتعامل على الحق في استغلال العديد من المجالات عبر رخصة واحدة، على أن يصرح بها لدى المصالح المعنية. وأوضحت أن هذا التفكير جاء لأن “القانون الحالي يتعب المستثمرين”. على صعيد آخر، يتضمن القانون تخفيض مدة الحصول على الرخصة لتكون في حدود 40 يوما، حيث ترد خلالها الإدارة على طلب المستثمر، وفي حال لم تفصل في الأمر يتم قبوله آليا، الأمر الذي قالت فرعون إنه يصب في مصلحة المستثمر، ويدفع الإدارة إلى التسريع في الرد على الملفات، خاصة في الاستثمارات الصغيرة.

04  نوفمبر 2015

 

 


 

Mme la Ministre au Forum d’El Moudjahid :  "Internet et Algérie Poste, deux axes du projet de loi sur les TIC"

 

La ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Mme Houda-Imane Faraoun, a annoncé, hier, au Forum d’El Moudjahid que « le projet de loi sur les TIC — actuellement en préparation — prévoit nombre de mesures liées notamment à la démocratisation de l’accès à Internet et à la modernisation d’Algérie Poste ».

 

« Ce sont là les deux points les plus importants sur lesquels tous les aspects de la loi vont porter», a précisé la ministre sans donner plus de détails sur le contenu. « Les détails restent à discuter par les instances habilitées à le faire », a affirmé Mme Houda-Imane Faraoun, et d’ajouter : « Lorsque le projet de loi aura l’accord du gouvernement et des experts, qui travaillent dessus également, et dès qu’il y aura une bonne mouture, à ce moment-là, on le soumettra au public pour un débat que nous espérons riche et de niveau.» A la faveur de cette conférence-débat, la ministre a appelé l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) à faire preuve d’avantage de « transparence » dans ses décisions afin de mieux gérer les relations commerciales entre les opérateurs du secteur. « L'ARPT, qui est une instance indépendante dans ses décisions mais aussi l'instrument de l'Etat pour instaurer la concurrence sur le marché, doit exercer dans la transparence afin de mieux gérer les relations commerciales entre les différents opérateurs », a déclaré Mme Faraoun. La ministre, qui a reconnu qu’il existe des « retards » dans le traitement des doléances des opérateurs par les services de l'ARPT, a expliqué que « ces retards sont dus à des problèmes administratifs et techniques ». La ministre a rappelé, dans ce contexte, avoir eu récemment une séance de travail avec les responsables de l'ARPT lors de laquelle plusieurs questions ont été examinées, notamment celles relatives aux doléances des opérateurs. Elle affirme que « parfois les opérateurs ne comprenaient pas les réponses négatives de l'ARPT, ce qui entraînait une certaine frustration qui amenait ces opérateurs à considérer cette instance comme un élément de blocage du secteur », et de poursuivre : «Nous avons exhorté l'ARPT à communiquer un peu plus, à expliquer ses décisions et à davantage de transparence » dans ses décisions. Elle a ajouté, avoir exigé de l'ARPT l'élaboration d'un rapport relatif aux doléances des opérateurs qui sera rendu public avant la fin de l'année.

 

Une banque postale dans un délai de deux ans

 

Au sujet d’Algérie-Poste, l’invitée du Forum d’ El Moudjahid a relevé que cette entreprise arrive à assurer un service public de qualité «acceptable». Poursuivant ses propos, elle mettra en relief le fait que l’objectif est, en fait, de lui « permettre d’ouvrir un volet commercial qui est la bancarisation de ses activités, et ce, afin de pouvoir subventionner le service public. Cela permettra, d’une part, d’améliorer de manière sensible, les conditions de travail et les salaires de ses fonctionnaires et d’autre part de supprimer sa position malheureuse de gouffre de subventions de l’Etat », dit-elle. « Il ne faudrait plus que l’Etat subventionne une entreprise économique »,soutient Mme Houda-Imane Faraoun, haut et fort. Et de déclarer : « Si on veut vraiment une source de revenus qui soit pérenne et utile, il faudrait penser à la banque postale ». Interrogé, ensuite, sur les délais impartis pour la réalisation du projet de la banque postale, elle répond que cela nécessite une durée de « deux années ».S’exprimant à propos des travailleurs d’Algérie Poste, Mme Houda-Imane Faraoun a signalé que certains d’entre eux occupent des postes et remplissent des missions pour lesquelles ils ne sont pas rémunérés en conséquence. Elle donnerai ci l’exemple d’un agent de sécurité d'un bureau de poste qui, depuis 10 ans, travaille comme guichetier et n'est pas payé selon la fonction qu’il occupe. Aussi et pour « rendre justice à des travailleurs qui ont été, durant plus d’une décennie, mal payés pour les fonctions qu’ils assurent », la ministre a annoncé l’installation d’une commission mixte. Cela dit et en ce qui concerne l’éventuelle révision de la grille des salaires pour les travailleurs d’Algérie Poste, la ministre notera que pour l’heure, ce point n’est pas envisageable.

 

« Mobilis sera détaché d’Algérie Telecom »

En réponse à une question portant sur l’ouverture du capital de l’opérateur de téléphonie mobile, Mobilis, la ministre rappelle que « Mobilis est actuellement une filiale d’Algérie Télécom », et qu’elle sera détachée d’Algérie Télécom. Pour ce qui est d’Algérie Télécom, «l’ouverture du capital n’a jamais été à l’ordre du jour», a-t-elle affirmé. Beaucoup de question sont été évoquées lors du forum d’ El Moudjahid notamment la mise en service du paiement électronique. Evoquant cette question, la ministre indique que « la certification électronique sera opérationnelle à partir du premier semestre 2016, toute fois, ce ne sera pas le cas pour le paiement électronique, qui dépend de deux volets, en l’occurrence technique et juridique ».Le remplacement de l’utilisation des câble sen cuivre par la fibre optique a également été évoqué lors du forum. S’exprimant à ce sujet, la ministre a annoncé la création prochaine de 600 micro-entreprises ANSEJ qui devraient prendre en charge ce volet. Une fois, le travail effectué en assurant la réparation et la maintenance, les récurrentes coupures d’internet ne seront qu’un lointain souvenir. Au sujet, d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile, la ministre a expliqué que sur le plan technique, ce n’était pas avantageux, et que c’est le citoyen qui serait obligé de payer la différence. Enfin et en réponse à une question sur « la mise en garde relative à l’installation de la nouvelle version de Microsoft Windows10 », la ministre a souligné qu'il est « impossible d'accepter les termes de la licence d’utilisation de cette version qui avaient été modifiées. Après avoir vérifié les termes du contrat de Windows sur cette nouvelle version, nous avons constaté que son installation est assujettie à l’approbation des termes de la licence de commercialisation, qui permet explicitement la récupération, par Microsoft, des données et documents personnels de l’utilisateur, même les plus sensibles », a affirmé la ministre.

Soraya Guemmouri

 

Gouvernance numérique, le potentiel existe

L’Algérie dispose d’un potentiel appréciable pour la mise en place d’une gouvernance numérique. C’est l’intime conviction de la ministre de la Poste et des TIC. Sollicitée, hier, au Forum d’El Moudjahid, pour attribuer une note à l’état d’avancement de ce chantier entamé par notre pays, Mme Houda-Imane Faraoun a estimé, qu’il est préférable de parler de potentiel, qui est largement au-dessus de la moyenne, voire excellent. La ministre croit fort en les forces et les capacités des jeunes et de ce fait, elle n’a pas hésité à donner la note de 16/20. C’est dire les capacités dont dispose l’Algérie pour pouvoir figurer dans la cour des grands leaders dans la e-gouvernance. Un défi à notre portée, puisque aujourd’hui l’internet, sur instruction du Président de la République, comme l’a rappelé la ministre, est considéré comme un service public. Ce qui n’est pas le cas ailleurs. Aujourd’hui, Algérie Telecom, prend à sa charge, la fourniture de ce service, même dans les régions, où « rentabilité » ne figure pas dans le chapitre « gain ». Il faut dire que l’accès au haut et très haut débit d’Internet a toujours constitué un défi national. Aujourd’hui, on peut se vanter, même s’il existe encore des carences, surtout en matière de qualité, de relever que les citoyens, les entités économiques ou les administrations peuvent accéder à Internet. L’on peut dire, que des batailles ont été remportées, dans la modernisation de l’Administration. En matière de documents, une grande avancée a été enregistrée, notamment tout ce qui concerne, les documents administratifs. D’aucuns diront que l’Algérie« peut mieux faire » pour accélérer l’arrimage d’une société d’information avec tous les avantages qu’elle peut engendrer. Entre autres une lutte efficace contre la bureaucratie. Pour la simple raison que le système électronique facilite la vie quotidienne des citoyens et crée les conditions de modernisation. Il permet également un développement de l’économie et du commerce. Et pour paraphraser un expert : “La gouvernance électronique n’est pas un défi, c’est juste un moyen de travail efficace”, et pour atteindre cet objectif, la ministre mise sur les amendements qui seront apportés à la loi 2000/03 qui régit le secteur depuis 15 ans.

 

Nora C.

5 octobre 2015

 

LA MINISTRE DE LA POSTE ET DES TIC, HOUDA-IMAN FERAOUN, HIER AU FORUM DE “LIBERTÉ”

“Le secteur des TIC est en souffrance”

Convaincue de l’urgence de recourir à la promulgation d’une nouvelle loi sur les TIC, la responsable du secteur a admis de nombreux dysfonctionnements, y compris pour Algérie Poste. Elle plaide pour un travail de fond tout en s’intéressant en priorité à offrir de l’Internet pour tous.

C’est un constat assez inquiétant qu’Houda-Iman Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a dressé, hier, lors de son passage au Forum de Liberté. La plus jeune ministre du gouvernement Sellal ne semble pas avoir peur des mots pour décrire “un secteur en souffrance” et aller jusqu’à avouer le recours à des “mesures de bricolage” pour colmater les brèches et remédier à une situation devenue presque ingérable. Il est clair qu’il y a urgence à remettre de l’ordre dans ce grand bazar qui exige de la ministre de l’audace et du soutien pour livrer bataille sur plusieurs fronts à la fois, notamment lorsqu’il s’agira de relancer le projet de loi sur les TIC, enterrée avec la venue de Derdouri à la tête du secteur. Consciente, semble-t-il, des enjeux que représente un tel projet, la nouvelle ministre opte pour la prudence et choisit la voie de la consultation la plus large possible pour ne pas avoir à subir la contestation. Elle ne le dira pas en ces termes, mais avance tout simplement “la nécessité de remplacer une loi devenue obsolète”. Or, il se trouve qu’il est question de revoir ce texte depuis 2010 sans que l’on y parvienne. L’actuelle ministre reconnaît que “cela va prendre du temps encore”. Elle atteste : “S’il y a beaucoup de dysfonctionnements, c’est parce que la loi sur les TIC est dépassée. On s’est rendu compte au bout de 15 ans qu’elle présente de nombreuses défaillances.” Serait-il judicieux alors, comme le préconisent des spécialistes dans le domaine, de retourner au texte fondamental de 1999, duquel a émané la loi actuelle pour régler des questions urgentes ? Houda-Iman Feraoun soutient à ce propos : “Nous essayons de voir aujourd’hui quelles sont les dispositions contenues dans la loi qui n’ont pas été mises en œuvre pour y remédier, mais ça reste des solutions de bricolage en attendant l’avènement de la nouvelle loi.” Elle martèle : “On a voulu développer des applications et mettre en œuvre la e-Algérie, le e-commerce, la e-éducation, la e-gouvernance avant de déployer l’infrastructure et régler tous les problèmes liés à la connexion internet sur le territoire national. Cela a créé une sorte d’anarchie. Nous enregistrons de nombreuses revendications, que je juge légitimes, de la part du consommateur qui réclame une connexion et un bon débit de la 3G avec une couverture du réseau partout. C’est d’ailleurs la mission qui lui est confiée en priorité.”

La 4G fixe (LTE) : “La pénurie de modems est due à un problème de gestion”

“L’opérateur historique a profité de beaucoup d’investissements, notamment pour déployer la fibre optique. Le souci réside dans l’immensité du territoire algérien. Il y a aussi le rythme des changements technologiques qui va trop vite et qu’AT n’arrive pas à suivre”, commence par dire la ministre pour justifier la défaillance d’Algérie Télécom. “Aujourd’hui, nous avons recours à la technologie Msan qui devra résoudre le problème, notamment des régions mal connectées, tout autant que le problème des pannes et coupures récurrentes d’internet. Mais ça reste une solution d’appoint parce que ça répondra au besoin d’un citoyen déjà connecté en améliorant la qualité des prestations. Et pour réussir à connecter tous les ménages algériens, et nous n’en sommes qu’à 2 millions et demi, il faudra adopter de nouvelles solutions qui interviendront à travers la nouvelle loi”, a-t-elle assuré. Sur un autre chapitre, la ministre a reconnu qu’“il existe une pénurie de modems 4G fixe” en indiquant que “c’est dû à un problème de gestion”. Elle explique : “Aujourd’hui, ils sont disponibles, et j’espère qu’ils seront fournis.

Il y a aussi autre chose pour laquelle ni le ministère ni la direction d’AT ne sont responsables. Cela concerne les dépassements qui me sont signalés par les citoyens et c’est en rapport avec la conscience de tout un chacun, et ça revient à la gestion locale. Il faut rappeler qu’AT est représentée par 22 000 travailleurs derrière lesquels le ministère ou le DG ne peuvent être tous les jours, et suggérant d’être honnête et de donner le modem à qui de droit. Je m’excuse donc pour ces dépassements, et la meilleure façon d’en finir est de mieux organiser les choses surtout qu’il existe une quantité de modems acquise récemment par AT qui devra répondre à la demande.” Il n’est pas interdit à AT de travailler avec le privé, mais ce n’est pas instauré par la loi. “Je ne demanderai pas à AT d’ouvrir sa boucle locale si nous n’avons aucun texte qui gère la relation future qu’elle aura avec les autres opérateurs ou que le client aura avec l’opérateur alternatif.” À la question de savoir si le fait d’être contre le monopole d’AT, d’assurer qu’il n’est pas question d’ouverture de son capital et de préconiser en même temps l’ouverture de la boucle locale ne constituait pas, quelque part, une contradiction, la ministre répondra par la négative, expliquant : “Le dégroupage de la boucle locale est une opération technique par laquelle AT permet à un autre opérateur d’utiliser une partie de son infrastructure pour fournir l’accès internet aux citoyens. L’ouverture du capital, quant à elle, est une action économique. Le fait de dire qu’il n’est pas question d’ouverture de capital, c’est parce que cela relève de la souveraineté de l’État sur son réseau de téléphonie et d’internet fixe.”

Téléphonie mobile : “Un quatrième opérateur n’est pas possible pour le moment et ne fera pas baisser les prix”

L’itinérance figure parmi les projets que la ministre compte introduire via la nouvelle loi. Elle dira à ce propos : “Nous voudrons arriver à instaurer de par la loi l’obligation aux opérateurs d’opter à chaque fois que possible pour l’itinérance et autant que nécessaire pour l’utilisateur. Cela permettra d’optimiser le réseau et les zones qui ne sont pas couvertes et d’aller, dans un avenir proche, vers l’itinérance globale en recourant aux meilleurs moyens techniques et réglementaires.” Concernant le cahier des charges inhérent à la 3G et le déploiement de cette technologie par Djezzy, Mobilis et Ooredoo, la ministre a révélé qu’“aucune défaillance émanant des opérateurs n’a été enregistrée jusque-là, notamment par rapport au calendrier de déploiement”. Et de poursuivre : “Compte tenu des demandes des citoyens et de celles de Djezzy et d’Ooredoo pour accélérer le déploiement dans les villes qui ne sont pas couvertes, nous avons introduit une demande auprès de l’ARPT et nous avons déjà un accord de principe en attendant l’aval pour modifier le cahier des charges et remédier à tout cela.” Elle tranchera la question de recourir à un quatrième opérateur, et d’argumenter : “Je ne suis pas contre l’introduction d’un quatrième opérateur sauf que pour le moment, cela ne se justifie pas et ça ne fera pas du tout baisser les prix.” La ministre a assuré, par ailleurs, qu’“il n’existait, désormais, aucun facteur qui entraverait le développement des call centers” et plaide pour leur développement, soutenant que “les TIC ne sont pas une connexion internet pour aller visiter des sites web étrangers”. Pour ce qui du parc technologique de Sidi Abdellah, la ministre a reconnu que “les résultats sont plutôt maigres par rapport aux efforts et l’investissement”, estimant que “la stratégie mise en place n’était pas bonne”, et a avancé “la mise en place d’un nouveau plan où les priorités de l’État algérien en matière des TIC seront examinées avec précaution”.

La bancarisation permettra à Algérie Poste de réaliser son autonomie

En soutenant que “la gestion du courrier doit être revue”, la ministre a suggéré que “la bancarisation est la solution indiquée qui permettra à l’entreprise de réaliser son autonomie, et à travers laquelle, les travailleurs pourraient avoir de meilleurs salaires”. La ministre a admis, à l’occasion, que “les employés d’AP sont sous-payés”, tout en déplorant que “dans l’état actuel de l’entreprise, il n’est pas possible de revoir les salaires sous peine de faire faillite”. Elle fera remarquer : “Algérie Poste gagnerait à profiter des subventions de l’État pour se réorganiser, introduire de nouveaux services électroniques et se diversifier pour renflouer ses caisses.” La ministre a déclaré que “rien n’empêche d’aller vers la banque postale et que c’est une question de temps qui pourrait prendre jusqu’à deux années”.

Par Nabila Saidoun

22 septembre 2015

 

 

 

IMANE HOUDA FERAOUN, MINISTRE DE LA POSTE ET DES TIC « Sauver la poste, Réglementer les TIC »

Propos recueillis par

Khedidja Baba-ahmed

 

Nous nous attendions, au travers de cet entretien avec la ministre de la Poste et des TIC, à un discours convenu qui évoque peu les difficultés et ne parle que de projets ou qui fait incomber à son prédécesseur tous les dysfonctionnements actuels du secteur. Il n’en fut rien. Elle a parlé de son secteur, en expliquant, avec beaucoup de pédagogie, pourquoi ces difficultés aujourd’hui, même si, avec beaucoup d’humilité, elle dit qu’après moins de deux mois à la tête de ce département, elle n’a pas encore fait le tour des problèmes. Elle annonce, toutefois, avec beaucoup de conviction et sans langue de bois, qu’Algérie Poste va mal et qu’il faut sauver ce service public. Pour ce faire, elle évoque toutes les solutions qu’elle compte prendre. Si elle a fait montre de beaucoup d’assurance sur les aspects techniques liés aux TIC et leur développement, elle annonce, toutefois, que ce secteur ne peut évoluer dans l’anarchie et sans réglementation.

Des dates, des délais pour la mise en œuvre de son programme ? Prudente, elle n’en donne pas et demande qu’on la juge sur le terrain.  

 

Le Soir d’Algérie : Vous avez été installée dans vos nouvelles fonctions il y a moins de deux mois. Ce délai vous a-t-il permis de procéder à une première évaluation du secteur, ses insuffisances et ses performances ?
 

Imane Houda Faraoun  : 

Cela m’a permis de faire le tour des structures sous tutelle, d’en voir les problématiques et de faire la connaissance d’environ 90% des cadres qui y travaillent. Par contre, je n’ai pas encore eu l’occasion de faire la connaissance du secteur à travers le territoire national. J’ai fait quelques sorties. J’ai lu beaucoup de rapports. J’ai eu connaissance de ce qui se passe à l’intérieur, au niveau des Actels, des bureaux de poste et des directions de wilaya. Rien n’égale toutefois le visu. Jusque-là, j’ai une vision assez limitée, je le reconnais. Comme c’est le mois de Ramadhan, j’essaie de ne pas trop encombrer l’équipe en ne faisant qu’une visite par semaine. Tout de suite après l’Aïd et avant fin juillet, j’ai programmé de réunir tous les cadres du territoire national pour les écouter, les entendre exposer leurs problèmes et leur donner les directives pour commencer à préparer la rentrée sociale.
 

Vous êtes à la tête de deux grands pôles dont la Poste que l’on a tendance, dans les médias, à n’évoquer que très peu comparativement aux TIC. Néanmoins, quand ce secteur est évoqué, c’est pour relever ses nombreux dysfonctionnements : l’absence d’envois de relevés des transactions ; le manque de sécurisation des données du système d’information CCP ; l’accessibilité trop facile, trop large et non organisée aux données des usagers…

Effectivement, lorsque l’on parle du secteur, l’on parle plus des TIC parce que c’est un peu à la mode et les gens ont tendance à attendre du nouveau. Ma conviction personnelle est que l’effort essentiel est à faire sur la poste car c’est le secteur véritablement défaillant et c’est un service public. Il n’y a pas une localité de 1 000 habitants, voire moins qui n’ait son bureau de poste, et lorsqu’il n’y en a pas, les habitants le réclament. Il va falloir trouver le moyen de sauver Algérie Poste et d’en faire une entreprise bénéficiaire, sinon l’on ne pourra jamais assurer ce service public à long terme. Cela, il faut que l’on en soit conscient.

C’est aussi grave ?

Heureusement qu’aujourd’hui Algérie Poste n’est pas au bord de la faillite mais elle le sera très prochainement si l’on continue sur le rythme actuel. Il va falloir mettre en place des mécanismes. Nous avons quelques idées. Certaines sont très simples, comme dématérialiser tous les courriers, de telle sorte que les problèmes liés à la mauvaise gestion des colis postaux soient moins importants. C’est un tout petit remède qui va toutefois soulager la pression. Il y a aussi l’envoi de SMS à l’usager pour le prévenir qu’il y a eu une opération sur son compte. Cette mesure a d’ailleurs été lancée et mise en place ce 4 juillet et sera appliquée en faveur de tous les usagers ayant fourni un numéro de téléphone à Algérie Poste. Ceux qui ne l’ont pas fait sont appelés à le faire. Ce ne sont là que de toutes petites mesures mais le fond du problème d’Algérie Poste est ailleurs.

 

Il est précisément où ?

le vrai problème d’Algérie Poste est dans les liquidités. Après mûre réflexion, c’est là que se situent toutes les difficultés. En dehors de quelques petites opérations d’achat de timbres, par exemple, les gens y vont pour avoir accès à leur argent et cette demande de retrait d’argent est très importante, les citoyens étant de mieux en mieux payés, ce qui est une bonne chose…

 

Pas très sûr que les citoyens soient de mieux en mieux payés, non ? 

Je parle de la quantité de liquidités : la poste en a de plus en plus besoin. Cela pose d’ailleurs un problème même vis-à-vis de la Banque d’Algérie qui peine à augmenter des mises à disposition plus élevées. Ce besoin de grandes quantités de liquidités est aussi inhérent au nombre de fonctionnaires qui augmente et cela pourrait aller crescendo. L’on aura beau acquérir plus de véhicules blindés de transport de fonds et étendre le réseau de la poste un peu partout, l’on ne pourra résoudre ce problème. La solution, de notre point de vue, la plus logique et tout à fait envisageable est l’utilisation des TIC que tout le monde réclame et d’inviter les citoyens à utiliser les transactions en ligne. Cela permettra de réduire ces besoins d’utilité et régler le problème à la source.

 

Concrètement, avez-vous commencé à envisager cette solution et dans quel délai sera-t-elle mise en place ? 

Il y a un projet bien avancé. Je n’aime pas beaucoup parler de projets non encore lancés mais j’espère que très prochainement, en tout cas avant la fin de l’année en cours (la partie technique du projet étant finalisée, il reste la partie réglementaire), Algérie Poste pourra permettre à ses usagers de payer leurs transactions en ligne. Il sera alors possible aux usagers de la poste de faire leurs transferts d’argent entre comptes et également de payer en ligne leurs factures et de faire leurs achats en ligne. Cela naturellement dépendra des vendeurs. Mais en tout cas nous allons ouvrir des sites de vente en ligne qui dépendront des CCP. Par rapport à la réglementation, ce qui nous reste à faire c’est de donner des garanties de sécurisation technique de la plate-forme. La mise en œuvre de ce projet constituera une première étape pour moderniser la poste, lui assurer des revenus qui lui permettront d’offrir un meilleur service et en même temps d’assurer de meilleurs salaires à ses employés. Cela permettra aussi aux citoyens de s’affranchir de la course à la liquidité. 

En payant ses factures à partir de son domicile ou de son bureau, le citoyen évite les embouteillages, les files d’attente… En fait, la mise en œuvre de ce projet impactera tous les secteurs et fera de la poste un leader pour le passage à la e-société. 

 

Vous faites, sur ce volet postal, un constat sévère, assez amer. A quoi cela est-il dû ? 

A plusieurs facteurs. La poste a commencé avec l’idée que l’accès aux services postaux est un droit pour tous les citoyens. C’est un service public. Par contre, elle est de statut Epic, une entreprise à caractère commercial. De ce fait, elle ne peut compter sur les subventions de l’Etat, elle doit s’autofinancer. Chaque fois que l’on ouvre, par exemple, un bureau de poste, il faut compter l’investissement pour sa construction, pour son équipement et le recrutement du personnel qui va avec puis l’ensemble des moyens qui permettront son fonctionnement. Tout cela n’est pas rentabilisé puisque le citoyen paye des sommes négligeables comparativement à tout ce qui a été investi. Les rentrées de la poste sont vraiment minimes et ne peuvent même pas couvrir les dépenses. Il existe une porte de sortie mais qui n’est pas très efficace : c’est le service universel qui rémunère un peu la poste pour le service public qu’elle assure, mais dans une toute petite proportion.

 

Qu’est-ce que vous appelez le service universel ?

C’est un dispositif mis en place par l’Etat à travers l’autorité de régulation qui peut financer quelques services de la poste pour l’universalité de ses services, notamment dans les localités éloignées, à faible densité de population et pour des opérations très particulières. La poste a, en outre, commencé à peiner avec l’avènement d’internet. La plupart des envois sont devenus immatériels, virtuels et la seule ressource qu’elle avait, le courrier, a diminué. Algérie Poste s’est retrouvée avec un nombre très élevé de fonctionnaires, mal utilisés, en pléthore dans beaucoup d’endroits. Par exemple, le courrier ayant nettement diminué, mais les facteurs sont toujours là et il faut les payer bien sûr et cela est normal. On ne peut forcément pas les redéployer : quelqu’un qui réside à Djelfa ne peut être envoyé à Annaba, par exemple. Pour les cadres, cela est plus envisageable, mais pas pour le personnel ordinaire, alors que dans certaines régions il y a manque de personnel. En fait, pour recruter, il faut des postes budgétaires que l’on n’a pas le droit de créer, tant qu’il y a des postes libres ailleurs. Algérie Poste est caractérisée aussi par une lourde gestion, héritage de ces dernières années, caractérisées par le passage d’un système à un autre et des nombreux essais expérimentés. En même temps, les critiques des citoyens ont augmenté. Ils sont devenus plus exigeants parce qu’ils voient par ailleurs, dans le monde, une qualité de service nettement supérieure. Ce qu’ils ne voient pas, cependant, c’est que l’on n’a pas donné à la poste la chance d’acquérir les équipements qu’il faut pour un service de qualité. C’est pour tout cela qu’il nous faut engager un assainissement de fond. L’on essaie de travailler sur deux fronts. D’abord la restructuration. Au regard des premiers chiffres on prévoit que pour l’exercice 2015, la poste sera bénéficiaire, dans une petite proportion mais comparativement aux exercices précédents qui étaient déficitaires, c’est une avancée et un bon signe. Le second qui nous occupe est la création de services électroniques. Il faut que la poste se développe pour alléger la demande de liquidités et faire que les usagers utilisent internet dans leurs transactions allégeant ainsi le trafic pour les citoyens, modernisant de ce fait l’activité. Ce sera, vous en conviendrez, une avancée majeure aux niveaux individuel et sociétal. En même temps cela permettra à Algérie Poste d’avoir une rentrée supplémentaire d’argent qui va inverser la tendance et l’argent induit pourra être réinvesti pour des services plus modernes.

 

Et où en est la transformation d’Algérie Poste en banque postale ?

Le dossier de la banque postale a été, à ma connaissance, examiné il y a 7 à 8 ans. Pour des raisons techniques, me semble-t-il, il a été quelque peu gelé. Technique, parce qu’Algérie Poste avait d’autres soucis et n’avait pas, de surcroît, les ressources financières que nécessite la mise en œuvre de ce projet. Aujourd’hui, nous essayons de dépoussiérer ce dossier et de nous adosser à une expertise internationale pour pouvoir le relancer. Ce n’est évidemment pas la transformation d’Algérie Poste en banque mais la création d’une filiale d’Algérie Poste qui sera la banque postale. Cela va permettre de moderniser Algérie Poste mais aussi de permettre aux citoyens d’avoir une banque de proximité. A l’intérieur du pays, en certains endroits, le citoyen est obligé de se déplacer jusqu’au chef-lieu de wilaya pour trouver une banque alors que la poste est dans sa proximité immédiate. Nous pourrons éventuellement, dans une deuxième étape, proposer des services bancaires à l’étranger. A l’instar de nos voisins, nous pourrons avoir la Banque postale algérienne en France, là où on a la plus grande densité de population algérienne et pourquoi pas dans d’autres pays. Aujourd’hui, le projet est en phase de maturation, il est donc trop tôt pour donner des délais ou des dates. Le dossier est pris en charge et nous essayons d’associer des compétences jeunes pour le porter.

 

Et pour ce qui est du 2e volet de votre secteur, les TIC ?

Il y a, me semble-il, un problème philosophique à ce niveau. Il y a une course effrénée vers les TIC sans se rendre compte que la technologie est là pour servir les citoyens et pas le contraire. L’exemple de la 4G LTE est assez parlant. Il y avait une pression énorme sur Algérie Télécom pour lancer ce service. Mais les citoyens n’ont pas encore assimilé le fait que la 4G fixe n’est pas une étape améliorée de la 3G. La 4G LTE est un service complètement différent qui doit assurer l’accès à l’Internet fixe pour les localités éloignées. Quand Algérie Télécom a commencé à universaliser ses services, il y a eu une forte demande souvent non justifiée parce qu’émanant d’endroits accessibles par l’ADSL et situés dans les grandes villes ou les zones industrielles. 
Il est bien vrai que lorsque ces endroits sont desservis par des câbles de cuivre, le service est souvent défaillant mais nous sommes en train de remplacer ces câbles par de la fibre optique. Entre-temps, Algérie Télécom a dû répondre à ces demandes de 4G LTE et le résultat est que l’objectif d’Algérie Télécom d’utiliser la 4G LTE pour désenclaver les zones éloignées en termes de desserte d’Internet a été quelque peu dévoyé. 

 

Où en êtes-vous dans la 4G mobile ?

Nous travaillons sur les cahiers des charges et j’espère libérer cela très prochainement. Il y a quelques contraintes qu’il faudra lever avec d’autres secteurs mais il faut tout de même relever que la 4G mobile n’est pas un sursaut technologique extraordinaire par rapport à la 3G. 
Dans ce domaine, il est capital d’avoir une stratégie nationale qui fixe le cap, là où on veut aller. Un opérateur mobile quel qu’il soit ­— Mobilis, Djezzi ou Ooredoo, en fait les opérateurs de droit national — a un cahier des charges pour la 3G qui n’est pas encore totalement honoré, puisqu’ils n’ont pas encore couvert tout le territoire national. S’ils démarrent la 4G, cela va épuiser leurs ressources et par ailleurs, nous ne sommes pas encore arrivés à un nombre d’abonnés en vitesse de croisière. Partant, je vois mal un citoyen, réticent à opter pour la 3G, s’engager sur la 4G. Cela étant, l’urgence est évidemment que l’Algérie acquiert les nouvelles technologies, à l’instar des pays développés mais cela a un coût. La 4G coûtera plus cher que la 3G et cela est logique parce que l’opérateur va faire un investissement qu’il voudra rentabiliser. S’agissant d’une opération commerciale, on ne pourra pas intervenir pour lui demander de baisser ses prix au-dessus de ses moyens. Pour les usagers qui n’ont toujours pas la 3G, il faudrait qu’ils ne s’attendent pas à ce que la 4G soit moins chère. 

 

Dans son dernier rapport, l’autorité de régulation ARPT évoque une progression modérée du nombre d’abonnés au téléphone fixe mais un essor conséquent du tel mobile et notamment de la 3G. Cette forte progression reste toutefois très en deçà des performances de nos voisins. A quoi cela est-il dû ? 

La stagnation, voire la régression du nombre d’abonnés au fixe est tout à fait normale, les gens étant plus à l’aise avec le mobile. Il faut aussi noter que pour le fixe il y a une opération d’assainissement qui est en cours et qui consiste à remplacer l’ancienne infrastructure par une nouvelle. Algérie Télécom a mis les moyens qu’il faut pour ce faire. Une partie est financée par ses fonds propres et l’autre par le budget de l’Etat. Avant la fin de l’année 2016, près de 90% du réseau sera rénové. Cet assainissement participera naturellement à l’amélioration de la qualité de service. Parallèlement Algérie Télécom mène son programme d’extension pour les citoyens qui ne sont toujours pas connectés. L’exécution de ces programmes entraînera, dans les toutes prochaines années, une augmentation du nombre d’abonnés au fixe. Quant à la comparaison que vous faites sur la progression du nombre de mobiles avec les pays voisins, il y a d’abord le fait que le mobile ait été introduit chez nous plus tardivement et plus fondamentalement il ne faut pas oublier que l’Algérie a un territoire très vaste et l’investissement des opérateurs pour la couverture, de par cette étendue, peut être 10 fois, voire 20 fois plus que l’investissement au Maroc ou en Tunisie. Couvrir des étendues aussi vastes que les nôtres n’est pas facile surtout que notre souci est de ne pas faire trop supporter l’investissement sur le citoyen. Aussi, il nous faut aller progressivement et cette progression doit être modérée. Si on évolue trop vite, cela se répercutera sur la 3G parce que les opérateurs mobiles ont eux aussi besoin d’une infrastructure de réseau de fibre optique pour installer leurs antennes. Là où le réseau est le plus dense c’est dans le Nord. Toutefois, la situation est de mieux en mieux dans les Hauts-Plateaux et dans le Sud. J’ai d’ailleurs noté avec satisfaction dans des rapports, qu’à Tamanrasset, par exemple, l’infrastructure est à 100% en fibre optique. Ils n’ont pas de problèmes de câbles en cuivre et c’est là une avancée. Il faudra prendre le temps qu’il faut pour que la couverture soit totale.

Dans ce que vous venez de développer, on sent comme un frein volontaire au développement accéléré de la couverture...
Non, en fait on ne freine pas du tout. Nous essayons d’accélérer la cadence et ce qui est qualifié par certains de « lenteur » ne l’est pas du tout. Le rythme est exigé par la nature même de notre pays, son relief, ses étendues. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’il y a eu beaucoup de problèmes. Algérie Télécom souffre du colmatage des brèches. La technologie de la fibre optique est relativement récente et toute notre infrastructure était en câbles cuivre. Ces câbles faisant l’objet de vol, il fallait des matériels de remplacement et engager les travaux, ce qui nécessitait du temps. Il y a le fait aussi, positif, certes, que notre pays est un chantier à ciel ouvert : des travaux partout, le tram, le métro, l’autoroute, les routes et ces chantiers dérangent le réseau. Parfois, à la suite de pannes, les citoyens se plaignent en ne sachant pas son origine externe. Lorsque nous sommes informés à l’avance de l’ouverture de ces chantiers ou travaux, on est obligé d’investir dans un réseau alternatif avant de couper le réseau en place. Tout ceci demande de l’argent et je vous rappelle qu’Algérie Télécom est aussi une entreprise économique qui ne bénéficie pas des subventions de l’Etat pour ses opérations commerciales et doit engager ses fonds propres. Ce que le citoyen considère, par méconnaissance, comme du retard est donc le résultat de la contrainte du terrain.

 

La 3G et la 4G semblent aller vers un développement parallèle. Est-ce le cas et est-ce cohérent ?

Nous avons commencé en retard l’installation du téléphone mobile en Algérie. On a beaucoup tergiversé avant d’y opter. On aurait pu rattraper le retard pris dans ce domaine mais ça n’a pas été le cas. L’investissement fait à ce jour n’est pas très grand mais ma conviction personnelle est qu’on ne peut pas servir la 3G plus la 4G et peut-être que bientôt on exigera la 5G pour certaines contrées restreintes et oublier d’investir pour certains citoyens des zones frontalières du Sud et des Hauts-Plateaux qui n’ont même pas la couverture du mobile à 100%. C’est un peu le paradoxe. Le programme quinquennal de M. le président de la République couvre cette partie aussi. Il y a beaucoup d’argent injecté pour assister Algérie Télécom à travers la direction générale des TIC, au moyen de plusieurs programmes pour renforcer l’infrastructure mais cela ne peut couvrir les nouvelles technologies et en même temps assurer la desserte des zones à désenclaver. Ce n’est pas possible. Il va donc falloir trouver un équilibre. En outre, il y a un problème majeur, très technique et très peu évoqué. Le trafic Internet transite par l’international, mais notre pays est doté de très peu de connexions à l’international. 
Il faut savoir que plus il y a de liaisons avec l’international, plus le débit est élevé. Il y a actuellement des projets en cours de liaison à l’international mais pour l’instant si vous êtes connecté par la fibre optique de votre maison au serveur principal d’Algérie Télécom et si votre courrier est chez Yahoo en France, en Espagne ou ailleurs vous passez par l’international. Or, 99% du trafic Internet des usagers algériens sur la 3G ou sur le fixe passent par un contenu international : facebook, e-mails, sites d’éducation, de culture…Tout le monde surfe sur des sites étrangers, le contenu national étant très faible. Si l’on avait du contenu national, on utiliserait l’infrastructure nationale qui est plus développée. Et du contenu, on pourrait en avoir pour développer le commerce en ligne, l’éducation en ligne, les cours en ligne. 

 

Les TIC et leurs incalculables potentiels d’utilisation sont peu exploités et peu utilisés dans l’organisation du travail : e-commerce, e-banque, paiement électronique des prestations et services, management des infrastructures de santé, enseignement… Pour quelle raison, et qui est responsable de ce manque et de ce retard ? 

En fait, il n’y a pas un responsable unique mais tout un ensemble et la situation est inégale selon les secteurs. Pour les secteurs publics, comme l’éducation, nous avons un projet de e-learning qu’on est en train d’examiner avec eux. Là, le développement du contenu arrive un peu tardivement parce que l’éducation était jusque-là en train de régler d’autres problèmes comme la surcharge des classes, un enseignement égal pour tous, même dans les contrées reculées. L’université est toutefois un peu plus développée sur les portails web, pas autant qu’on l’aurait souhaité mais elle est sur la bonne voie. Tous les secteurs publics ont pris du retard sur les nouvelles technologies parce qu’ils étaient submergés par d’autres problèmes. Outre ces retards accumulés, il y a un problème de culture qu’il faut développer. Les jeunes diplômés, par exemple, qui ont des capacités certaines sur le web, lorsqu’ils sont en recherche d’emploi, ils vont vers les entreprises publiques, l’administration ou l’éducation. Ils veulent en majorité avoir un poste administratif. Ils prennent très rarement l’initiative d’aller développer une entreprise virtuelle de service en ligne. Ce ne sont pas les idées qui manquent. On peut développer cela pour l’hôtellerie, le ministère du Tourisme étant en train de donner un grand coup de pouce pour développer le secteur dans le pays. Il faut que les jeunes y pensent. Pourquoi ne pas développer des contenus pour l’hôtellerie, le transport, les réservations en ligne… ? Les jeunes en ont les compétences. 

 

Mais sont-ils encouragés à le faire et par ailleurs les fréquentes pannes que connaît le réseau Internet ne vont-il pas les décourager ?

Mais l’un ne va pas sans l’autre. Si ce genre de pratiques en ligne augmente et qu’on a une masse critique d’utilisateurs actifs — des hôtels, des entreprises de transport, des vendeurs, des grandes surfaces —, cela va développer les entreprises publiques telles qu’Algérie Télécom, Algérie Poste et même les opérateurs publics et privés qui vont ainsi avoir des rentrées d’argent qui leur permettront d’investir plus rapidement. D’ailleurs et par rapport aux pannes fréquentes dénoncées par les usagers et qui ont lieu dans les cités et dans certains quartiers, les jeunes peuvent nous aider en créant des microentreprises, 3 ou 4 personnes suffiront pour des quartiers comme Bab El-Oued, Bab-Ezzouar et ces microentreprises pourraient sous-traiter pour Algérie Télécom. Dans cet ordre d’idées nous avons un projet, même s’il est peut-être un peu trop tôt pour l’annoncer, nous avons l’accord du ministère du Travail pour que l’Ansej finance ce genre de microentreprises. On cherche actuellement à élaborer les modalités pour qu’au plan réglementaire ce soit facile à mettre en œuvre. Nous réfléchissons à la mise en place d’une caravane qui va sillonner toutes les wilayas pour informer les jeunes de ce dispositif, et ce, au plan technique, pour la pose de la fibre optique, la maintenance à domicile, le dérangement des lignes et les centres d’appel comme seront informés ceux qui souhaiteraient développer des contenus.

 

N’y-a-t-il pas un frein lié aux réticences nombreuses mises dans le développement des TIC dont, entre autres, celles politiques liées à la transparence impactée par l’utilisation de cet outil ?

Je ne crois pas que les réticences soient d’ordre politique. Si ça avait été le cas il y a un certain nombre d’années, ce n’est plus le cas. Une chose est claire pour tout le monde aujourd’hui, c’est qu’on ne peut ignorer les TIC, on ne peut ignorer la vie sur la Toile, la vie économique sur la Toile et même la vie politique. C’est là une vérité et on doit faire avec. Pour le politique comme le législateur, c’est un fait qu’il va falloir prendre en charge et encadrer. Les recommandations, tant de Monsieur le président de la République que de Monsieur le Premier ministre, sur le plan stratégique comme sur le plan exécutif, est de moderniser et de permettre aux citoyens l’accès aux technologies nouvelles avec tout ce que cela signifie. Par contre, les vraies réticences qu’on rencontre aujourd’hui sur le terrain et pour lesquelles on a des solutions sont à un niveau plus bas : on a souvent peur qu’en numérisant, du personnel puisse être sacrifié. Que va faire alors ce personnel ? Ce qui n’est pas très bien compris c’est que la numérisation permet une meilleure comptabilité, une plus grande efficacité, plus d’argent et donc une meilleure prise en charge du personnel. D’autres entreprises pensent que si c’est numérisé, il y aura des problèmes de sécurité. Il va falloir accompagner ces sociétés parce que les dispositifs de sécurité existent. La vulnérabilité existe mais les antidotes aussi.

 

Quelle appréciation globale portez-vous sur les opérateurs privés installés dans le pays et qu’apportent-ils au développement économique national ?

Le fait de s’ouvrir à la concurrence ne peut être que positif, et ce, pour plusieurs raisons. Ce sont des fonds qui sont investis et qui vont aller dans des entreprises de droit algérien et ces entreprises vont embaucher des Algériens, et payer des impôts en Algérie. Développerla concurrence permet d’avoir un meilleur service tout en développant une culture générale sur l’usage des TIC dans la société. Il faut par contre noter qu’il y a un point qu’il faut traiter globalement et assez vite, c’est la question de fond relative à la réglementation et à l’organisation générale parce qu’il ne faut pas qu’il y ait un développement anarchique dans le marché du privé. Il faut qu’il y ait des cahiers des charges. 

 

Parce que ce n’est pas le cas aujourd’hui ?

Ce n’est pas vraiment le cas parce que le privé est encore faible en nombre et cela est négatif. Quant au point positif, c’est que ça nous donne du temps pour développer la réglementation. Si on a une prolifération de privés, on ne pourra plus, en l’absence de réglementation, garantir la sécurité des citoyens et des données en ligne. Il faut que le citoyen ait des garanties que ses informations ne soient pas divulguées ou utilisées à des fins frauduleuses. Il y a encore tout ce qui va avec la sécurité des entreprises ; la propriété intellectuelle qui doit être protégée. Tant que ces aspects technique et réglementaire ne sont pas fixés, on ne pourra pas développer l’introduction d’opérateurs privés. 

 

Dans une de vos récentes contributions au Soir d’Algérie, et à propos de la cybercriminalité, vous dites : « Nous pouvons nous attendre à ce que la taille, la gravité et la complexité des menaces cybernétiques continuent à augmenter. » Et de finir par appeler à y faire face. Etes-vous associée, et de quelle manière, aux rencontres internationales portant sur ce thème et au plan national quel rôle jouez-vous ou comptez-vous jouer contre cette menace ? 

Au plan ministériel, oui nous participons non seulement aux organismes qui traitent du thème de la cybercriminalité mais aussi à ce qu’on appelle la société de l’information. L’Algérie est membre d’organismes internationaux, méditerranéens, arabes, africains. On y est bien représentés et on prend part aux travaux. On est même signataires de plusieurs conventions portant sur le sujet. Il n’y a pas d’organisation internationale de lutte contre la cybercriminalité, mais nous sommes présents lorsque ce thème figure dans les rencontres de l’Union internationale des télécom UIT, ou au sein d’organismes africains, arabes ou internationaux. A l’échelle nationale, les pouvoirs publics, les services de sécurité, l’autorité de régulation et tous les services du ministère sont très conscients et travaillent à lutter contre ces menaces. Par contre, à l’échelle des citoyens, il y a une absence de prise de conscience des dangers réels que peuvent présenter, notamment sur les réseaux sociaux tels que Facebook, par exemple, des mises sur le net de leurs profils réels, des données, des identités qui peuvent être piratées et parfois même utilisées frauduleusement. Cette utilisation caractérisée comme crime ailleurs ne l’est malheureusement pas chez nous en l’absence de réglementation dans ce sens. Au niveau des entreprises, quand ces dernières créent leurs sites web, il faut qu’elles achètent toutes ses déclinaisons : le point net, le point org, le point dz. Tous doivent être sous tutelle de l’entreprise concernée et nul autre n’a le droit de les utiliser. Pour les jeunes, et avec la 3G ils peuvent avoir accès à tout en dehors du champ de contrôle des parents et là, les dangers sont nombreux. Aussi, chaque acteur concerné par les TIC doit mener une campagne d’information et de sensibilisation, le ministère à lui seul ne pourra pas tout faire. On aura besoin d’être épaulés par les opérateurs, pas uniquement du secteur mais des autres secteurs économiques concernés.

 

Pourriez-vous, pour clore cet entretien, résumer très brièvement pour nos lecteurs les deux ou trois actions que vous devez engager immédiatement et dans l’urgence ? 

Puisqu’il faut résumer, je vais tenter de le faire. La poste est une entreprise de service public quelle que soit par ailleurs sa réalité économique. Il va falloir lui donner son véritable rôle et cela passe nécessairement par les TIC, c’est la seule solution qui lui permettra d’accéder à la modernisation. Pour les TIC, un seul mot d’ordre : tout citoyen algérien, sans exception, a le droit d’entrer dans l’ère moderne du e-commerce, de la e-société des TIC en général et l’objectif est donc que tous les citoyens algériens soient dotés d’un terminal quel qu’il soit, ordinateur, tablette… et avoir accès à Internet dans les meilleures conditions.

 

A quelle échéance ?

Je ne donne pas de délai, mais cela ne veut pas dire que nous allons mettre dix ans pour le faire. Je préfère que les gens constatent les avancées plutôt que de promettre, surtout qu’il y a des facteurs exogènes. Ce que les gens doivent comprendre c’est que le développement de l’activité ne dépend pas seulement du seul secteur mais englobe d’autres acteurs. Il y a des contraintes historiques, sociales, de budget et de temps, et les meilleures choses doivent être maturées.
K. B.-A.

12 Juillet 2015 

 

 

Entretien de Madame Houda-Imane Faraoun, Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication avec « El-Djazair.com »

« Aucune alternative à la réussite »

Par Leila BOUKLI

 
 

 

 

El-Djazair.com : Passer de chercheur confirmé à un poste politique, est-ce un grand changement ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Voyez-vous madame, faire de la science, c’est avant tout mieux connaître son monde et son entourage, s’en imprégner et œuvrer pour son progrès ; c’est un peu pareil quand il s’agit de faire de la politique. C’est simplement l’approche qui change. Si l’on se penche un peu sur l’histoire des sciences, on s’aperçoit qu’à d’autres époques les scientifiques ont été remarquablement plus impliqués dans la vie politique de leurs nations. Un des exemples qui me viennent à l’esprit en ce moment est celui de Paul Langevin. Excellent scientifique à qui on doit l’invention du sonar, et qui a des achèvements dans des domaines diversifiés (magnétisme, gaz ionisés, mouvement brownien, etc.), il fut l’un des premiers à comprendre l’importance de la théorie de la relativité, et il soutint fortement Einstein à une époque où l’antigermanisme et l’antisémitisme étaient puissants en France. Il s’est battu pour la paix, pour les mutins de la mer Noire, contre le fascisme et le nazisme, il a été président de la Ligue des droits de l’Homme… Sans compter son rôle dans les conseils Solvay. Bref, il montre qu’on peut être un grand scientifique, un grand enseignant, et aussi un citoyen engagé en politique. Donc pour répondre à votre question, il ne s’agit pas d’un grand changement, l’engagement est le même et l’objectif est le même, la volonté par contre est redoublée. 

 

El-Djazair.com : Si je comprends bien, vous comptez introduire la recherche dans les TIC ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Les technologies de l’information et de la communication sont en perpétuelle révolution, à peine un produit est né, que son successeur est déjà en phase de gestation. L’accompagnement par la recherche, appliquée en premier lieu mais également théorique et avant-gardiste, est un impératif pour la réussite du secteur.

 

El-Djazair.com : Plusieurs facteurs ont contribué au fait que le secteur des TIC a pris un retard palpable en Algérie ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Au-delà de la contrainte économique relative au déploiement sur un territoire aussi vaste que le nôtre, il y a l’appropriation des technologies qui ne s’est pas encore opérée, ou du moins qui s’opère très lentement. Ceci handicape l’émergence de l’innovation dans les TIC au niveau national. Le développement d’un tissu industriel dans les produits liés aux TIC, je cite à titre d’exemple la fibre optique, permettrait de créer un environnement favorable où les compétences pourront s’exprimer et se développer à volonté.

 

El-Djazair.com : Votre département compte-t-il fabriquer la fibre optique, actuellement importée ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Le besoin en fibre optique est grandissant en Algérie. Nous serons amenés dans les années à venir à installer des centaines de milliers de kilomètres pour un déploiement efficace sur l’ensemble du territoire. D’autre pays, notamment africains, suivent la même voie et manifestent les mêmes besoins. S’approprier l’industrie de la fibre optique serait non seulement le moyen de réduire le coût en évitant l’importation, mais également l’occasion de créer de la valeur ajoutée, de créer de l’emploi pour les diplômés des universités, de développer un écosystème favorable au développement technologique, mais également d’ouvrir des perspectives gigantesques pour l’exportation.

 

El-Djazair.com : Comment ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Une étude technico économique est en cours pour mettre en place le meilleur schéma participatif pour développer cette industrie. 

 

El-Djazair.com : Est-ce à dire que les scientifiques sont déjà à pied d’œuvre ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Effectivement, une équipe de jeunes scientifiques est déjà engagée sur l’étude du volet technologique ; alors que pour le financement du projet, un appel sera lancé pour créer un consortium capable de prendre en charge un projet 100% algérien. 

 

El-Djazair.com : Votre accession au poste de ministre a-t-il était motivé par vos compétences ?

 

Houda-Imane Faraoun :

De toutes les façons je n’ai pas grand-chose d’autre à offrir, si ce n’est mon acharnement à la tâche et mon amour pour l’Algérie. Lorsqu’il s’agit de travail, je suis une personne assez envahissante. Je ne peux pas me contenter d’effleurer un dossier, ni m’empêcher de creuser, d’aller au fond, de faire des investigations. Je me retrouve toujours à travailler sur une pléthore de dossiers en parallèle. Ayant été dans le secteur de la recherche, cela m’a souvent conduit sur des dossiers intersectoriels. Je pense que j’ai été remarquée, mise à l’épreuve et choisie pour assumer des responsabilités plus larges. Je ferai en sorte que jamais ce choix ne soit regretté. 

 

El-Djazair.com : Vous êtes femme, professeur des universités, jeune, jolie. Vos rapports avec vos collègues ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Très fraternels. Pour ne rien vous cacher, j’ai toujours été à l’aise avec les relations verticales, notamment d’hiérarchie, et en aucun moment je n’ai redouté de trouver une quelconque difficulté à gérer un département de cette taille. Par contre, j’ai eu un moment d’hésitation sur l’accueil que me réserveraient les membres du gouvernement. Cette hésitation fut très vite dissipée, ayant été accueillie dans un esprit de fraternité et de collégialité. Un seul mot d’ordre, être solidaire et travailler en équipe.

 

El-Djazair.com : Votre agenda vous permet-il de goûter aux joies de la famille ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Pas autant que je le souhaiterais. Mais cela n’a rien de nouveau, cela fait un moment que j’expérimente le sacrifice de la vie familiale, et je pense avoir trouvé le bon équilibre qui me permet de donner le maximum à mon travail sans pour autant me priver du soutien moral que me procurent les courts, mais très denses, moments que je passe avec mes proches. 

 

El-Djazair.com : Avez-vous un message à faire passer aux femmes algériennes ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Ne vous embourbez pas dans de faux problèmes et des considérations pseudo-modernistes. Etre une femme moderne, c’est avant tout prendre part au développement de la nation, dans toutes ses dimensions, et quel que soit le volet où l’on s’engage. Etre une femme moderne ne passe certainement pas par l’abandon de la féminité ni par l’adoption d’un comportement masculin. Etre une femme moderne passe surtout par l’accomplissement de soi et la persévérance à réussir tout ce que l’on entreprend. En tant que femme, j’entends que l’on me respecte, que l’on me donne les mêmes chances et opportunités pour mon développement personnel, mais j’attends aussi que l’on me juge selon mon mérite, sans traitement de faveur. J’entends être une force constructive, en tant que citoyenne, être un acteur du progrès, et j’attends que je sois associée à l’épanouissement de mon entourage. Ce que je peux dire à mes concitoyennes c’est : définissez votre objectif et travaillez pour l’atteindre ; ne regardez pas trop autour et fixer l’horizon. Vous verrez que votre valeur se définit par votre apport dans votre environnement et par rien d’autre. Tel était le cas pour toutes les grandes dames de l’histoire. 

 

El-Djazair.com : Qui a en premier contribué à faire de vous la personne que vous êtes aujourd’hui ? 

 

Houda-Imane Faraoun :

Une femme. La meilleure de toutes. Ma mère. Elle m’a appris à avoir confiance en moi, à être fière de moi, et surtout à avoir de l’estime pour ma personne. Voyez-vous, il s’agit des ingrédients de base d’une vie réussie. Lorsqu’on a confiance en soi on avance. Lorsqu’on est fière de soi on ne s’encombre pas avec les préjugés. Et lorsqu’on a de l’estime pour soi, on refuse toute alternative à la réussite. Merci maman.

L. B.

Juin 2015

 

 

 

حوار السيدة هدى أيمان فرعون، وزيرة البريد و تكنولوجيات الإعلام و الاتصال مع يومية الشروق

تكشف وزيرة البريد وتكنولوجيات الإعلام والاتصال، السيدة إيمان هدى فرعون، في حوار لـ"الشروق"، أن مؤسسة بريد الجزائر ستخضع لعملية إصلاح، تمكنها من تحسين مردوديتها ومداخيلها، حتى ترتقي بمستوى الخدمة التي تقدمها للمواطن، وتتمكن من تحسين ظروف مستخدميها، كما أكدت في أول خرجة إعلامية لها بعد تعيينها ضمن طاقم حكومة عبد المالك سلال، أن قوانين القطاع والنصوص التشريعية التي تحكمه ستحين، وستفرض قواعد المنافسة الشريفة بين شركاء القطاع، بما فيهم متعاملو الهاتف النقال، وأشارت أصغر وزيرة، إلى أن شباب "أونساج" سيكون لهم نصيب في مشاريع اتصالات الجزائر مستقبلا، وإن أكدت أنها من حي شعبي ومن والدين متقاعدين من قطاع التربية ولها الله فقط ولا وساطة في قاموسها، قالت إنها تطمع في ثقة الجزائريين حتى تساهم في خدمة هذا الوطن، وإن لم تتمكن ستنسحب بشرف وتترك مكانها لمن هم أهل للمسؤولية.

 

 الجزائر مصنفة في مرتبة جد متأخرة في مجال تكنولوجيات الإعلام والاتصال، ما هي استراتيجيتكم للنهوض بهذا القطاع؟

 

أعتقد أن الأمر عندما يتعلق بتكنولوجيات الإعلام والاتصال، لا يقاس بدرجة التأخر أو درجة التقدم بقدر ما يقاس بالمبدأ الأصلي الذي وجدت لأجله التكنولوجية، وهي في الأساس تسهيل حياة المواطن، وتحقيق الرفاهية له، لذا بالنسبة للجزائر فالأولوية تعميم استخدام التكنولوجيات الجديدة، وعلى نحو متكافئ بين جميع الجزائريين، يضمن الخدمة التكنولوجية سواء عبر شبكة الهاتف الثابت والنقال أو الإنترنيت.

رغم أنني تسلمت تسيير شؤون هذه الوزارة، منذ أسبوعين فقط، أعتبر أن أولويتنا ضمن الحكومة، وصول التكنولوجيات الحديثة وتعميم استخدامها في أبعد منطقة من مناطق الوطن، فالمواطن الذي يقطن على بعد 500 كيلومتر عن عاصمة الولاية يجب أن يكون لديه هاتف نقال، وحتى الجزائري القاطن في أبعد نقطة بالولايات الحدودية يجب أن تصله التكنولوجيا ويتمتع مثل غيره من أبناء وطنه بخدماتها، كون مراعاة التوازن الجهوي عامل مهم جدا ضمن استراتيجيتنا.

سوق الهاتف النقال صارت تغري الكثيرين، ما حقيقة سعي متعاملين أجانب وخاصة من فرنسا لدخول سوق الهاتف النقال في الجزائر؟

 

أعتقد أنه من موقعي الحالي، الوقت سابق لأوانه للحديث في هذا الملف.

 

الحكومة أعلنت عن إطلاق الجيل الرابع للهاتف النقال خلال السنة الجارية، وبالمقابل ولايات عديدة لم تعرف بعد تغطية بالجيل الثالث، ألا يعتبر هذا تناقضا صارخا؟

 

 ليس هناك أي تناقض، سلطة الضبط اختارت تقسيم الولايات بين المتعاملين الثلاثة للهاتف النقال فيما يخص الجيل الثالث، وفي الوقت نفسه قررت الحكومة إعداد العدة والشروع في إطلاق الجيل الرابع، وستتم عملية استكمال التغطية بالنسبة للولايات التي مازالت خارج تغطية الجيل الثالث، بالتوازي وفي نفس الوقت مع إطلاق الجيل الرابع، وهذا تفاديا لضياع الوقت على اعتبار أنه ليس هناك ما يعيق العمل على الجبهتين في وقت واحد.

 

سلطة الضبط متهمة بالتمييز بين الجزائريين في نشر خدمة الجيل الثالث، هل ستبادرون بإجراءات لنشر الخدمة بالولايات التي بقيت محرومة من الـ3 جي؟

 

سلطة الضبط هي هيئة مستقلة عن وصايتنا، وتتمتع باستقلالية تامة في اتخاذ القرارات، ووضعت خريطة خاصة للانتشار وتعميم خدمات الـ3 جي، وأعتقد أن لديها رزنامة تعمل وفقها.

 

هناك اتهامات متبادلة بين متعاملي الهاتف النقال بخرق القوانين والمنافسة الشريفة، هل ستضعون حدا لهذا عبر سلطان سلطة الضبط؟

 

القطاع بحاجة ماسة إلى تحيين قوانينه وتشريعاته التي كثيرا منها لم تعد صالحة لاعتمادها، كمرجعية للتسيير، وهذه القناعة جعلت القطاع في الوقت الراهن يفتح ورشة كبيرة لإصلاح التشريعات وتحيينها، وهناك لجنة تقنية تعمل على النظر في النصوص التشريعية، والعمل على تحيينها وعلى اعتبار أن القطاع جزء من كل، فنحن نعمل بالتنسيق مع العديد من القطاعات الوزارية ذات الصلة بكل نص قانوني، وسينهي فوج العمل التقني عمله نهاية السنة الجارية، وبعد أن تدخل القوانين المعدلة سيتم التكفل بالعديد من النقائص.

 

عاشت مؤسسة بريد الجزائر في السنة الماضية وضعا غير مستقر.. ما هي خططكم للحفاظ على استقرار هذه المؤسسة؟

 

مؤسسة بريد الجزائر هي من أعرق المؤسسات الوطنية، وأنا شخصيا اعتبرها من الثوابت الوطنية، هذه المؤسسة عاشت مع المواطن البسيط ووفرت له الخدمة العمومية، وكانت إلى جانبه في مختلف الفترات التي عاشتها بلادنا، إلا أن المؤسسة غرقت في توفير الخدمة للمواطن وبأقل تكلفة، الأمر الذي انعكس على مردوديتها وربحها، خاصة وأن استثماراتها أخذت وجهة واحدة فقط، وهي بناء مراكز جديدة حتى تكون قريبة من المواطن في توفير الخدمة، وأغفلت عاملا مهما للحفاظ على وجودها وتحقيق وضع أحسن للمنتسبين إلى المؤسسة، ويتعلق الأمر بتحديث شبكتها وتنويع منتجاتها، حتى تحسن مداخيلها، وستعرف المؤسسة مستقبلا عملية إصلاح تمكنها من تحقيق العصرنة وتحسين مردوديتها، وبالتالي توفير خدمة أحسن للمواطن، والقضاء على الطوابير التي تشهدها مكاتب البريد وتوفير محيط عمل ملائم للمنتسبين.

 

كيف ذلك؟

 

هنا، أود أن أؤكد أنه لا عمل ولا عصرنة لهذه المؤسسة دون التنسيق والاتصال الدائم مع الشريك الاجتماعي، الذي يعتبر وقود الإصلاح، فالعمال أولوية في المؤسسة ونحن نعول على تضحياتهم قليلا لتحسين أوضاع المؤسسة خاصة ونحن عازمون على تطبيق دوام خاص خلال شهر رمضان المعظم، كما نفكر في إمكانية المواصلة في العمل بنظام الدوام الجديد، بعد رمضان كذلك لتحسين الخدمة، ونرجو أن يصبر العمال معنا وسنحقق الأهداف المرجوة لصالحهم وصالح المؤسسة.

 

هل من لقاء في الأفق يجمعكم بالنقابة؟

 

 أكيد سنلتقي الشريك الاجتماعي وسنوجه له الدعوة قريبا، فنحن بصدد إجراء دراسة ميدانية لواقع المؤسسة وآفاق الإصلاح، وفور الانتهاء سنلتقي الشريك الاجتماعي الذي سيكون رفيقنا في كل خطوة وأي قرار نتخذه بخصوص مؤسستهم، فلدينا مجموعة من المقترحات ستخضع للدراسة والنظر في إمكانية تطبيقها على الواقع.

 

مؤسسة بريد الجزائر عرفت قضايا فساد، كيف سيكون مصير المفسدين؟

 

 هناك جهة مخولة بتطبيق القانون، ويتعلق الأمر بالهيئة القضائية والهيئات الأخرى المساعدة لهذه الهيئة، والأكيد أنها هيئات مؤهلة وبإمكانها التحقيق في الخطأ وجسامة الخطأ، وإن كان الأمر يخص خطأ في التسيير أو أشياء أخرى، كما أنها الجهة المعنية بتحديد أساليب الردع، وكل ينال جزاءه "اللي دار يخلص"، والجميع تحت رحمة القانون.

 

الاتفاقية الجماعية لعمال البريد وقعت، لكن بنودها لم تطبق بعد، هل هناك آجال محددة لتطبيقها؟

 

أفضل عدم الخوض في الآجال في الوقت الراهن وتأجيل الإجابة عن السؤال إلى ما بعد الانتهاء من دراسة ملفات القطاع، والتي ربما قد اطلعت على 40 بالمائة منها فقط وستكون الإجابة جاهزة بعد لقائي للشريك الاجتماعي.

ما هي استراتجيتكم في التعامل مع نقابة القطاع؟

 

أبوابنا ستكون مفتوحة وسنعمل كشركاء، ولهذا أفضل أن أطلق عليهم لقب الشريك الاجتماعي وليس النقابة.

 

اتصالات الجزائر أطلقت تقنية الجيل الرابع التي كانت في الأصل موجهة للمناطق النائية والمعزولة، لكن العملية لم تمس سوى المناطق العمرانية؟ هل من مخطط لإيصال الأنترنت عالي التدفق للقرى والمداشر؟

 

اتصالات الجزائر تعاني من مشكل حقيقي يتعلق بنقص اليد العاملة ذات الكفاءة والمؤهلة، وفي الوقت ذاته 70 بالمائة من البنية التحتية لشبكة الانترنيت أو adsl من الألياف النحاسية، وهذا الأمر يجعل الشبكة عرضة لأعطاب كثيرة، والسرقة أحيانا الأمر الذي أثقل كاهل اتصالات الجزائر، وأعاق حركتها وأدخلها دوامة إصلاح الأعطاب، ولتسوية المشكل سنطلق اتصالات مع الوكالة الوطنية لتشغيل الشباب "أونساج" حتى نمكن الشباب المقبل على المجال المقاولاتي من إنشاء شركات مصغرة في مجال الصيانة، ونوفر لهم التكوين والمرافقة حتى يتمكنوا من نيل الخبرة اللازمة في مجال الاتصالات، الأمر الذي سيحرر "اتصالات الجزائر" من الصيانة وتتفرغ لتجديد الشبكات والحفاظ عليها، والأكيد أن إيصال الانترنيت عالي التدفق وفك عزلة القرى والمداشر من أولوياتنا.

وأغتنم الفرصة لأدعو المترشحين للبكالوريا بعد أن أتمنى لهم التوفيق، إلى الالتحاق بالشعب العلمية والتقنية، فنحن بأمس الحاجة لذلك.

ألا تعتقدون أن تعميم الأنترنيت عال التدفق أمر مكلف في ظل تراجع عائدات البلاد؟

 

الجميع يعلم أن حقيبة الحكومة كانت تحمل مشاريع كثيرة في القطاع، ومازالت تحملها، منها مشروع الألياف البصرية ومشاريع أخرى، ولو أن انهيار أسعار البترول، أقول يفرض علينا ترتيب أولويات المشاريع إلا أنه لا يلغيها، بحيث إن الخوض في مجال صناعة الألياف البصرية سيكون لصالح السوق الجزائرية ويجعلها نستغني عن الاستيراد، خاصة وأن الصين مازالت تحتكر المجال دون دول أوربا.

هل لديكم نية في خوض مجال صناعة الألياف البصرية؟

 

المشروع يحتاج إلى استشارة موسعة وتنسيق بين قطاع البريد وتكنولوجيات الإعلام وقطاع الصناعة وشريك آخر مهم، يتعلق الأمر بقطاع البحث العلمي، وحتى لا نستبق الأمور، أقول إن صناعة الألياف البصرية من شأنها أن تنهي الكثير من مشاكل القطاع، خاصة وأن للجزائر سوقا بحجم السوق الإفريقية، ومؤهلاتنا كبيرة في هذا الشأن.

 

ما حقيقة ما يجري بين موبيليس واتصالات الجزائر بخصوص مشروع الألياف البصرية لموبيليس؟

 

كل ما في الأمر أنه تنافس أو سوء تفاهم حول مشروع، بسبب التباين في الإمكانات المادية بين المؤسستين.

 

الوزيرة السابقة للقطاع أعلنت أن هناك مسعى لإدخال متعامل منافس لاتصالات الجزائر، إلى أين وصل المشروع؟

 

الأمر سابق لأوانه، وأفضل عدم التعليق على الأمر في الوقت الراهن.

 

أنتم أصغر وزيرة ضمن حكومة سلال الرابعة، هل كان هذا المنصب ضمن أحلامكم؟

 

 حلمت دائما في المشاركة في بناء وطني، من أي موقع كان.

 

درستم بالخارج ومع ذلك عدتم إلى الجزائر، ألا تستهويكم الغربة؟

 

حلمت بالدراسة في الخارج مثل أقراني، وبعد ثلاثة أيام من تواجدي بالخارج أدركت أنه يستحيل أن أعيش في بلد آخر غير الجزائر، وكنت كلما نظرت لطلبتي بالخارج إلا وأتمنى أن أدرس أبناء بلدي.

 

ما محل المحسوبية والولاءات في تعينكم وزيرة؟

 

لم أعتمد يوما على محسوبية ولا وساطة ولا "بيسطون" أؤمن بالعمل وعندي "ربي برك" ولا غير.

 

ألهب تعيينكم ضمن الطاقم الحكومي مواقع التواصل الاجتماعي والجميع يسأل ابنة من؟

 

أنا من حي شعبي، وحتى إن كنت أفضل أن تبقى عائلتي بعيدة عن الأضواء، حتى لا تحترق بها، وتواصل حياتها بطريقة عادية، فأقول أنا إطار جزائري، والدي ووالدتي حفظهما الله متقاعدان من قطاع التربية، وأنا ليس لدي ما أخفيه عن مساري ومن أراد السؤال عني فعليه بجامعة تلمسان فطلبتي يعرفونني جيدا.

 

ألا تخشون أن تسرقكم مهامكم من مجال البحث العلمي؟

 

سأخلص في منصبي وأعمل بكل جد حتى يوفقني الله، وإن لم أوفق ولم أتمكن من تقديم أداء جيد في منصبي، فسأنسحب بكل شرف وأعود إلى المكان الذي أستطيع أن أخدم فيه بلدي أحسن .

كلمتكم الأخيرة

أفضلها أن تكون للمواطن، أطمع في ثقتكم وصبركم علينا حتى نتمكن من خدمتكم وللشباب نعول عليكم.

31 ماي 2015 

 

 

 

 

Entretien avec Houda-Imane Faraoun, Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la communication avec « TSA »

Houda-Imane Faraoun, 36 ans, est la plus jeune ministre du gouvernement SELLAL. Elle a été nommée à la tête du département de la Poste, des Télécommunications et des Technologies de l’information et de la communication lors du dernier remaniement ministériel. Pour sa première sortie médiatique, avec TSA :

 

Votre nomination a donné lieu à de nombreuses réactions. Tantôt positives, tantôt négatives. Certains ont évoqué votre âge ou vos relations. Comment répondez-vous à ces critiques. Quelle est votre démarche pour convaincre ?

On ne peut juger une personne qu’après lui avoir donné l’occasion de travailler, de montrer ce qu’elle est venue faire. On ne m’a même pas demandé quelle était ma vision qu’on m’a déjà jugé. Maintenant, pour ceux qui ont des remarques par rapport à l’âge, il y a deux choses à dire. La première, c’est qu’il y a toujours eu une revendication du peuple algérien qui était de rajeunir le gouvernement. Donc, je m’étonne des réactions réticentes. Ensuite, il y a une chose très importante, ce pays a été colonisé pendant une longue période et s’il a acquis l’indépendance c’est parce que de très jeunes personnes, beaucoup plus jeunes que moi, ont pris l’initiative et ont réalisé des miracles, 36 ans ça a l’air jeune, mais en réalité ça ne l’est pas.

 

Vous êtes diplômée en physique, professeure d’université et également auteure de nombreuses publications. Pourquoi avoir abandonné le monde de la recherche pour celui de la politique ?

Il faut revenir un peu en arrière. À un moment donné, j’ai voulu découvrir le monde de la recherche à l’étranger. J’ai fait mon deuxième doctorat en France et puis je suis rentrée au pays avec la ferme intention de créer ma propre équipe de recherche, de travailler et de ramener la compétence que j’avais acquise pour l’utiliser en Algérie. Par contre, j’ai été tout de suite confrontée à la réalité de l’université algérienne, qui n’est pas facile, vu le fait que les laboratoires de recherche sont très récents. Sur le plan réglementaire et organisationnel, les choses se mettent en place très doucement. Mes ambitions étaient quelque peu bridées. Puis, j’ai reçu une proposition pour rejoindre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et occuper un poste. Au début, j’ai hésité car, mon ambition était plus de faire de la recherche, puis je me suis dit que si tout le monde refuse de prendre le taureau par les cornes pour essayer d’améliorer les choses alors comment souhaiterait-on que ça avance ? Donc j’ai quitté, un peu à contrecœur, le laboratoire pour faire de la gestion.

Tout le monde le sait, quand on fait de la gestion, au bout d’un certain temps, on se rend compte que c’est forcément lié à la politique. Après, pour tracer des stratégies, il faut être un peu plus offensif dans sa démarche. Maintenant, j’ai l’occasion d’avoir davantage de latitudes afin d’exécuter des stratégies de plus large ampleur.

 

Qu’allez-vous apporter au domaine des TIC en particulier ?

Un plan d’action très détaillé des actions concrètes ne peut pas être décidé a priori. Il faut « maturer » les projets, les idées. Le secteur des TIC demande des investissements massifs. Il faudra les faire parce que ce sera l’ouverture vers l’économie moderne et ça aura un impact sur tous les secteurs, mais il ne faudrait pas travailler dans la précipitation. Il est vrai que nous avons pris du retard dans le domaine, mais c’est dû à des facteurs historiques. Concrètement, il y a deux chantiers. Il faut remédier aux problèmes que vivent les entreprises nationales du secteur. En même temps, il faut investir dans les technologies du futur. Il ne faut pas que l’un des volets l’emporte sur l’autre. Les deux sont étroitement liés. Une vision très moderne fait que le bien-être du citoyen passerait par les technologies, mais il y a quand même des choses beaucoup plus simples, notamment le service postal, le service de la liquidité au niveau des postes, l’ADSL avant d’aller à la 4G. Tout ça forme des services qui commencent à être dépassés mais sur lesquels il y a un travail à faire. On ne peut pas se projeter dans le futur si le présent n’est pas géré.

 

Peut-on réellement envisager le déploiement de la 4G LTE alors que la 3G ne couvre pas entièrement le territoire national ?

C’est pour cela qu’il faut assurer les deux volets en parallèle. Il ne faudrait pas que l’on se concentre sur une petite région où toute la technologie serait déployée tout en laissant quelques régions privées de l’ADSL. Par contre, il ne faudrait pas non plus prendre encore du retard par rapport au secteur de la technologie qui avance continuellement. Ce que je peux vous assurer c’est que Algérie Télécom, Mobilis et l’État investissent. Les investissements de l’État vont vers les objectifs stratégiques de désenclavement des zones de l’intérieur du pays. On laisse à Algérie Télécom le volet commercial et le volet de la primauté technologique.

 

Quelles sont les autres priorités de votre programme ? 

La priorité du secteur est la modernisation des services de la poste avec comme objectif un meilleur confort du citoyen. Afin qu’elle devienne une entreprise bénéficiaire qui pourrait, au lieu d’être juste une entreprise de service publique, développer des filiales et créer de la valeur ajoutée. Ensuite, il y a une priorité stratégique qui est le désenclavement des zones les plus éloignées, il y a la certification électronique et puis le numéro d’identification nationale.

 

Quelle évaluation faites-vous du département dont vous venez d’hériter ? Y aura-t-il une rupture avec vos prédécesseurs dans la façon de faire ?

Je n’ai jamais été adepte de la rupture, il ne faut jamais perdre l‘acquis. Il faut toujours capitaliser, que ce soit au niveau de l’expérience ou de l’investissement. Il faudrait se projeter dans le futur, moderniser et relancer ce qui a été abandonné et dynamiser les projets qui tardent à se réaliser. Tout ce qui a été fait va être valorisé et utilisé pour aller de l’avant rapidement.

 

N’est-il pas problématique que l’État soit actionnaire de deux principaux opérateurs de téléphonie mobile en Algérie, à savoir Djezzy et Mobilis ? N’a-t-il pas un problème de concurrence ?

L’État est propriétaire de l’un et actionnaire majoritaire de l’autre. Il y a une Autorité de régulation qui se charge des questions de concurrence et une réglementation qui est en place. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir de problème. Les deux opérateurs sont déjà en train de travailler sur la définition du meilleur scenario, de la meilleure configuration possible entre toutes les entreprises où l’État est actionnaire.

 

Concernant Algérie Poste, vous avez évoqué les problèmes de liquidité. Y a-t-il une façon d’y remédier ?

Je peux vous assurer que tous les moyens sont déployés pour éviter qu’on souffre du manque de liquidités. S’il n’y a pas d’incidents majeurs qui sortent de notre domaine de compétences il n’y aura aucun problème cette année. En plus des disponibles ordinaires qui sont en place, il y a un renforcement sur le plan de la ressource humaine.

 

Au sujet de l’Internet, il y a des coupures récurrentes qui touchent les particuliers, mais également les entreprises qui sont pénalisées dans leur activité, quelles en sont les raisons ?

Les raisons diffèrent d’une région à une autre. Mais la plus importante est que l’infrastructure est un peu archaïque. La plus grande partie c’est par la fibre optique. Il peut y avoir des perturbations, étant donné que l’Algérie est un chantier permanent, ce qui est un point positif, il y a beaucoup de constructions, de travaux. Donc, l’infrastructure est souvent perturbée. L’intervention rapide d’Algérie Télécom est parfois handicapée par la ressource humaine et par les modalités de plainte des citoyens qui ne passent pas par des canaux officiels. Parfois, Algérie Télécom n’est pas informée de la plainte donc l’intervention arrive en retard. Il y a une solution que nous mettons en place et qui est une cellule d’écoute permanente pour pouvoir intervenir le plus rapidement possible et optimiser les moyens. Il y a aussi une réflexion à plus long terme qui est de créer de la sous-traitance en matière de maintenance. Algérie Télécom a également un plan d’investissement qui est déjà lancé en matière de fibre optique pour le remplacement de toute l’ancienne infrastructure et le renforcement de celle déjà existante.

 

Pour revenir au nouveau gouvernement, comment s’est passé le premier conseil des ministres ? Quelles sont vos impressions ?

Sincèrement, j’ai eu une très bonne impression. Tous les collègues m’ont très bien reçue, avec toutes les bonnes intentions. Ils sont tous disposés à travailler avec moi. D’ailleurs, on m’a déjà soutenue sur plusieurs plans que ce soit professionnel ou autre. Le fait que je sois une femme n’est pas une première, il y a déjà des femmes au gouvernement et je pense que c’est devenu une tradition. Que je sois la plus jeune, cela fait plus sourire qu’autre chose. À part le premier contact qui est toujours assez officiel, nous sommes tous des collègues, nous travaillons de concert. Il n’y a pas de traitement particulier.

 

Certains ont parlé d’un renouveau, « un vent de fraîcheur », allez-vous adopter une nouvelle façon de travailler, une communication différente ?

Nous avons évoqué les dossiers urgents comme Algérie Télécom et la disponibilité des liquidités qui sont prioritaires. Puis, il faut aussi avoir une vision à moyen et long terme. C’est là que le « vent de fraîcheur » peut intervenir. Ma première action est de mettre en place des sortes de Think-Tank, j’ai des propositions, mais nul ne peut travailler seul. Il y a déjà beaucoup de réflexions qui ont avancé notamment sur l’interopérabilité, sur l’identification nationale et puis notamment la modernisation de tous les secteurs. Les TIC ont de particulier qu’elles n’appartiennent pas à un seul secteur. Donc, cette interopérabilité intersectorielle est la priorité. Il y a même l’idée de mettre en place un organe national pour traduire les priorités de chaque secteur afin qu’elles soient prises en charge. Ma vision est de rattraper le cours d’avancement des technologies sans négliger les problèmes du quotidien qu’il faudra gérer.

 

Y aura-t-il des facilités de financement pour les entreprises qui opèrent dans le secteur comme les start-ups ?

C’est un autre volet que nous comptons développer avec l’agence nationale des parcs technologiques. On souhaiterait un partenariat avec le secteur de la recherche scientifique et les ministères correspondants afin de faciliter la tâche aux personnes qui viennent avec des idées et pouvoir les accompagner. Car, de par mon expérience, la difficulté que j’avais constatée en relation avec les jeunes c’est le manque d’accompagnement. Ils ont les meilleures idées et les meilleures intentions mais, même avec un fond de départ, s’ils ne sont pas accompagnés, ils sont perdus. Je vous assure qu’il y a des réflexions qui sont lancées, mais je préférerai garder les conclusions jusqu’à ce que ça soit maturé.

 

En tant que femme algérienne moderne, comment avez-vous réagi aux dernières polémiques concernant l’affaire de la jupe et le Code de la famille ?

En tant que ministre, je n’ai pas de commentaires à faire, mais en tant que personne, je n’ai jamais été engagée dans les questions féministes. Je pense que la meilleure chose qu’une femme doit faire c’est de montrer sur le terrain qu’elle mérite le respect et toute la considération possible. On ne peut pas imposer à une société l’évolution, on ne peut que la pousser vers l’évolution et cela avec le travail de tous les jours. Personnellement, je suis satisfaite de ma façon de voir les choses, je crois que ça m’a permis d’arriver là où je suis aujourd’hui.

29 Mai 2015

 

 

There is currently no content classified with this term.